Artn'sport

Artn'sport

Artn'sport est un site d'actualité footballistique avec des analyses, des interviews et des reportages sur le sport professionnel comme amateur. Créé en octobre 2010, ce site est géré par de jeunes plumes qui pour la plupart, veulent devenir journaliste. Artn'sport, le sport pour vous chaque jour !

Liga BBVA (J18) | RCD Espanyol 0-0 FC Barcelona : Toucher du bois n'aura pas porté bonheur au Barça !

Liga BBVA (J18) | RCD Espanyol 0-0 FC Barcelona : Toucher du bois n'aura pas porté bonheur au Barça !

Le FC Barcelone a entamé cette nouvelle année avec un goût amer en bouche. En effet, Si fin 2015 fut savoureux pour les Blaugranas. Ce premier match sur la pelouse du Cornellà El Prat ne fut pas de tout repos. Dans un derby outrageusement dominé, les hommes de Luis Enrique Martìnez qui ont par deux fois trouvé les poteaux n’ont pourtant jamais été vraiment en mesure de déverrouiller la muraille dressée par des Pericos très agressifs et souvent très limites dans leurs interventions.

 

Début d'année avec le frein à main pour le Barça, bloqué à "Cornella" par un adversaire aguerri et surtout par les montants. Face à une formation du Real Club Deportivo Espanyol battue lors de ses sept dernières sorties face aux cousins Catalans, les Blaugranas doivent se contenter cette fois du 0-0. Engagement exagéré, jeu dur et muraille défensive, c’est visiblement la recette pour stopper les champions du monde de Barcelone. C’est en tout cas la tactique choisie par l'Espanyol et son manager Constantin Gâlcă lors du Derbi Barceloní du Power8 Stadium. Comme toutes les recettes qui sont inventées, celle-ci ne manque pas du fameux ingrédient secret qui fait toute la différence: la bonne dose de chance (Messi et Suàrez ont touché du bois). Petite sonnette d‘alarme dans la maison Barça après ce nul décevant 0-0 sur le terrain des «cousins»: les culès enregistrent leur troisième nul sur leurs quatre dernières sorties en Liga et risquent maintenant de perdre la tête du championnat (en attendant de récupérer le match retard contre le Sporting Gijòn). La Liga est en tout cas très équilibrée et plus que jamais incertaine cette année.

 

 

RCD Espanyol 0-0 FC Barcelona : le film du match :

 

L'Espanyol et le Barça se quittent pour ce premier match de l'année 2016 sur un match nul et vierge au terme d'une partie ou les deux formations n'ont jamais été capables de développer un jeu fluide et de se créer beaucoup d'occasion. Si ce nul a été célébré comme une victoire par les Blanquiazules et leurs supporters, les coéquipiers de Sergio Busquets ont eux quitté la pelouse avec beaucoup de regrets, de dégoût et de déception après avoir laissé de nouveau filer une victoire largement à leur portée.

 

Le début de partie est à l'avantage des hommes de Gâlcă qui craignant le jeu créatif du Barça exercent un pressing haletant à un rythme très élevé sans hésiter en plus à attaquer et à tenter de créer le danger devant les buts de Claudio Bravo. Côté Azulgrana, seul Iniesta semble dans un bon jour et dès que le capitaine Culè prend le ballon, c'est toute l'équipe du Barça qui revit et qui arrive à retrouver de l'enthousiasme, de l'envie et surtout à se rapprocher des buts de Pau. Les Catalans qui ont compté plus de 70% de possession n'ont toutefois que très rarement réussi à se procurer des occasions franches de scorer. La succession de fautes des Pericos (13 au cours du premier acte) ont fortement contribué à faire baisser le rythme du match. Cette manière de faire a fortement gêné le champion du monde des clubs à développer son jeu sur la pelouse du Cornellà El Prat malgré une domination territoriale assez nette qui se traduit par une seule statistique plutôt significative. Pas un seul tir des locaux en quarante cinq minutes. D'ailleurs, la seule fois où Claudio Bravo a dû s'employer en première période, c'était sur un corner de Marco Asensio sur lequel le gardien Chilien n'a même pas eu besoin d'intervenir puisque Piqué s’en et chargé. Le Barça n’a pour sa part pas connu plus de réussite offensivement. Messi a bien trouvé sur un coup franc direct la lucarne mais son ballon s'écrasait sur le poteau avant de sortir en six mètres. Avant Jordi Alba (8') se montrait incapable de convertir en but un excellent centre de Dani Alves, pas plus de réussite pour Iniesta qui ratait son contrôle après une excellente offrande de Messi. Beaucoup trop peu pour un FC Barcelone qui a perdu plus de 32 ballons en première période et qui a trouvé les pires difficultés à épurer son jeu et à trouver de la fluidité.

 

La seconde mi-temps nous propose un visage bien différent du Barça. En effet, les hommes de Luis Enrique rentrent sur la pelouse avec une autre mentalité. Plus offensifs, les Blaugranas se créent en cinq minutes deux énormes occasions pour enfin mettre fin à l'invincibilité de Pau, le portier De l'Espanyol. La première est à mettre à l'actif de Neymar Jr. Le Brésilien après avoir éliminé avec brio son vis à vis (47') trouve sur son chemin Vìctor Àlvarez qui dégage en catastrophe. La seconde de Messi (50') voit elle aussi Àlvaro intervenir brillamment pour empêcher le quadruple ballon d'or de se retrouver en bonne position pour marquer.

 

 

La réaction Blanquiazul se résume elle uniquement à de longs ballons ou à des coups de pieds arrêtés qui n'enquêteront toutefois jamais une défense Blaugrana et un Gerard Piqué très concentré nonobstant les sifflets et les mots d’oiseau qui l'accueillaient à chaque fois qu'il touchait le ballon. Les supporters du Barça ne trembleront réellement qu'une seule fois. Sur un slalom et plusieurs joueurs adverses éliminés, Héctor Pérez tire et rate de peu le cadre. Passée cette frayeur, les visiteurs reprennent le jeu à leur compte et Iniesta d’un superbe caviar trouve en profondeur Luis Suàrez. El Pistolero après avoir éliminé Pau trouve une fois encore le poteau (le septième en deux matchs). Bien que très peu mis en danger, l'entraîneur de l'Espanyol Gâlcă décide de lancer Marco Asensio à la place de Burgui afin de récupérer le plus de balles possibles au moment ou sa formation insistait avec les longs ballons pour espérer sur un "malentendu" ouvrir pourquoi pas la marque. Messi (63') sur une bonne combinaison tente sa chance dans les dix-huit mètres mais la tentative du quadruple ballon d'or termine dans les bras de Pau. Les minutes passantes et les idées toujours aussi floues pour son équipe. Luis Enrique joue l'une de ses dernières cartes en incorporant Sergi Roberto à la place d'Ivan Rakitić. Un changement dicté par l'envie d'apporter plus de fraîcheur à un entrejeu sans grandes idées. Neymar Jr tentera bien de faire la différence une dernière fois sur un retourné acrobatique mais les Blaugranas ne réussiront jamais à secouer les filets et déverrouiller la muraille des Pericos et doivent se contenter de ce petit point qui évidemment en plus d'avoir été fêté comme un triomphe par les joueurs de l'Espanyol fait le bonheur de l'Atlético Madrid et du Real, les deux seuls vrais rivaux du Barça dans cette passionnante course au titre en Liga BBVA.

 

Un arbitrage médiocre !

 

Les mauvais arbitres ne se trouvent pas seulement dans notre Ligue 1. En effet, la prestation de Monsieur José Luis Gonzàlez Gonzàlez dans ce derby Barcelonì a été fortement critiquée par nos confrères de la presse Espagnole en particulier évidemment celle venant de Catalogne. Déjà totalement perdu lors du dernier match qu'il avait arbitré lors de la précédente journée (Real Madrid - Real Sociedad). Le sifflet natif de Leòn s'est vu ´´récompensé'' par la LFP Ibérique de sa piètre prestation en se voyant confier le derby Catalan. Un choix étrange d'autant que le référée s'est de nouveau distingué par des décisions assez incompréhensibles et surtout en fermant les yeux ou en sanctionnant que très rarement, en particulier lors du premier acte les interventions souvent extrêmement limites des joueurs de l'Espanyol. Si nos confrères Catalans n'ont pas hésité à le critiquer mercredi passé pour avoir sifflé notamment deux penalties au Real Madrid et surtout pour avoir fermé les yeux sur un autre plutôt flagrant en faveur des Basques. Sport et Mundo Deportivo n'hésitent pas à dire avec un ton d'ironie que Mr Gonzàlez Gonzàlez a de nouveau revêtu en ce samedi après-midi (16H00) son maillot Blanco pour jouer un mauvais tour aux champions en titre.

 

Néanmoins, ce mauvais arbitrage n'est toutefois pas la seule raison de cette contre performance du Barça comme le signalent eux-mêmes également nos confrères de l'autre Côté des Pyrénées. En effet, le Barça est apparu moins fringant que d'habitude. Messi s'est distingué uniquement sur coup franc et la MSN a connu une bien mauvaise connexion. La formation Culè entame en tout cas cette année 2016 par une triste prestation et surtout par un résultat douloureux. Les Blaugranas qui recevront ce mercredi au Camp Nou cette même équipe de L'Espanyol pour le huitième de finale aller de la coupe du Roi pourront enfin compter sur les services d'Arda Turan et Aleix Vidal. Deux joueurs de qualité recrutés l'été dernier mais qui ne pouvaient évoluer sous les couleurs Culè avant janvier suite à la sanction FIFA qui interdisait au Barça tout recrutement pendant deux fenêtres de mercato. Une bien bonne nouvelle en tout cas pour le technicien Asturien qui aura deux nouvelles armes de plus dans son arsenal en attendant peut-être d'autres recrues.

 

Le Tweet du jour : Piqué n’a pas apprécié !

 

 

Statistique clé :

5 - Comme le nombre de poteaux touchés par Messi en Liga: seul Iago Aspas a fait pire. 16 montants trouvés par Barcelone en championnat en cette saison 2015/2016.

 

L’homme du match :

Felipe Caicedo : Seul en pointe, il lutte comme un lion et couvre le secteur offensif à lui seul. Client difficile pour les défenseurs centraux adverses. L’attaquant Equatorien est une véritable force de la nature.

 

 

Le pire :

Javier Mascherano : En difficulté dans le marquage, il risque constamment le carton rouge après un «jaune» reçu en début de partie.

 

La déclaration :

Anrès Iniesta (Milieu de terrain du Barça) : « Nous savions que le match serait intense. Les derbies sur ce terrain sont toujours à la limite, c’est toujours comme ça. Nous avons tenté, nous avons cherché la victoire comme toujours. Nous avons eu des occasions mais peut-être que nous n’avons pas fait le match de nos vies. Nous avons tenté d’être supérieurs mais contre l’Espanyol, c’est souvent très compliqué. Si on peut perdre la tête de la Liga ? Il ne faut pas oublier que nous avons un match en moins. L’état du terrain ? Peut-être qu’il n’était pas dans le meilleur état mais c’était le même pour les deux équipes. Le match de Copa del Rey sur notre pelouse sera différent. » 

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Photos: Gettyimages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article