Artn'sport

Artn'sport

Artn'sport est un site d'actualité footballistique avec des analyses, des interviews et des reportages sur le sport professionnel comme amateur. Créé en octobre 2010, ce site est géré par de jeunes plumes qui pour la plupart, veulent devenir journaliste. Artn'sport, le sport pour vous chaque jour !

Serie A Tim (J21) : Le Napoli et la Juve enchaînent, l’Inter déçoit et Bologne s’offre le derby Emilien !

Serie A Tim (J21) : Le Napoli et la Juve enchaînent, l’Inter déçoit et Bologne s’offre le derby Emilien !

Vainqueur à Gênes (2-4), le Napoli conserve sa première place. La Juventus, deuxième à deux unités a de son côté enchaîné par un onzième succès de rang face à la Roma (1-0) au moment ou l’Inter Milan tenu en échec sur son terrain par le modeste promu Carpi (1-1) a abandonné à la Fiorentina sa troisième place. DECRYPTAGE !

 

La lutte pour le Scudetto entre le Napoli et la Juventus est plus que jamais disputée. Les deux formations poursuivent tranquillement leur petite promenade de santé pendant que derrière, les autres formations tentent tant bien que mal de suivre le rythme effréné des Azzurri et des vice-champions d’Europe mais ce n’est pas toujours évident !

 

Samedi à 18H00, le match d’ouverture de cette journée n’a franchement pas attiré les foules. Il faut dire aussi que l’affiche proposée n’était pas des plus attrayantes. Mal classé, le promu Frosinone n'a pas profité de la venue de l'Atalanta Bergame pour se rapprocher du premier non-relégable avant cette rencontre, en l’occurrence Palerme. Les deux clubs se sont séparés sur un match nul et vierge (0-0) au terme d‘une partie assez médiocre. Les hommes de Roberto Stellone sont toujours dix-neuvièmes et avant derniers, avec sept points de retard sur la Sampdoria, nouveau premier non relégable, tandis que l'Atalante est treizième. Plus tard dans la soirée (20H45), l'AC Milan a mené deux fois à Empoli mais est reparti de Toscane avec un seul point (2-2). Toujours sans Jérémy Ménez (dos) mais avec MBaye Niang, passeur décisif. Le deuxième but milanais est assez chanceux : sur un dégagement en catastrophe de la défense d'Empoli, le ballon a heurté de plein fouet la tête de l'attaquant Français pour revenir dans les pieds de Giacomo Bonaventura, qui n'a pas laissé passer l'aubaine. L'ancien Caennais (21 ans) n'a pas vu son équipier marquer : sonné, il est resté quelques instants allongé sur la pelouse, félicité quand même par ses partenaires (2-1, 48’).

 

 

Ce but inespéré d'entrée de seconde période a suivi une première mi-temps également bien lancée par les Lombards. Sur une passe en profondeur de Luca Antonelli, Carlos Bacca, un pied hors-jeu, a faussé compagnie à la défense d'Empoli pour inscrire son dixième but de la saison, le troisième en dix jours pour l'attaquant Colombien, toutes compétitions confondues (8’). Loin de jeter l’éponge, Empoli va réagir, d'abord par son jeune milieu Polonais Piotr Zielinski (frappe lointaine, 18’), puis avec une tête victorieuse sur coup franc de Massimo Maccarone, justement refusée pour hors-jeu (27’). Le huitième de Serie A, meilleur dans la circulation du ballon, a égalisé une première fois sur un superbe décalage de Riccardo Saponara pour Zielinski, qui a marqué, entre les jambes du gardien milanais, Gianluigi Donnarumma, son deuxième but en Championnat d'Italie (32’). Après le but "chanceux" des Rossoneri, Empoli a de nouveau égalisé par Maccarone, à l'affût d'une frappe repoussée de Manuel Pucciarelli (51’).

 

La Fiorentina renoue avec la victoire !

 

Après deux défaites de rang en Championnat contre l'AC Milan et la Lazio, la Fiorentina s'est reprise ce dimanche en venant à bout à l’heure du déjeuner (12H30) du Torino (2-0). Le milieu de terrain Josip Iličić a rapidement permis à la Viola de prendre les devants (24’) avant que Gonzalo Rodríguez ne double la mise en fin de partie (83’). Grâce à ce succès, la Viola (41 points) remonte sur le podium du championnat italien juste devant l'Inter Milan. Dans les rencontres de l’après-midi (15H00), l'Inter Milan justement a cédé du terrain en concédant, à domicile, le match nul (1-1) face au relégable Carpi, dans le temps additionnel de la rencontre. Les Nerazzurri sortent pourtant d’une qualification méritée bien que houleuse pour le dernier carré de la coupe d’Italie sur la pelouse du Napoli (0-2). Un match marqué par de grosses polémiques suite aux insultes de l'entraîneur Partenopeo Maurizio Sarri à son homologue de l'Inter Roberto Mancini qu’il a traité de «pédé». C’est donc sur leur terrain de Giuseppe Meazza que les camarades de Mauro Icardi accueillaient la modeste formation de Carpi. Une aubaine pour les Lombards pour renouer avec la victoire en Serie A et surtout se replacer dans la course à la Ligue des Champions. Les locaux semblaient contrôler la partie avec leur fameux 1-0 et un but signé Palacio (39’). Mais alors que Carpi évoluait pourtant en infériorité numérique suite à l’expulsion pour un deuxième jaune de Lorenzo Pasciuti (83’), l’impensable allait se produire. En effet, dans le temps additionnel, Lasagna (90’+2’) a égalisé pour Carpi, qui arrache son sixième nul de la saison mais demeure toujours premier relégable au moment ou l’Inter quatrième laisse sa place sur le podium à la Fiorentina de Paulo Sousa. Mécontent de la prestation de ses attaquants, la pilule a visiblement été difficile à avaler pour Mancini, lui-même ancien attaquant de classe, a lâché: «Il y a des buts que même moi je marquerai, à 50 ans». L'Inter n'a pris que cinq points lors des cinq derniers matches, insuffisant pour atteindre les ambitions du club.

 

 

Le Napoli se donne les moyens d’y croire !

 

Trois jours après son élimination de la Coupe d'Italie par l'Inter Milan, Naples a très bien réagi. Certes, les Azzurri ne verront pas les demi-finales de la coupe nationale au contraire des Interistes, mais en Serie A, ce sont bien eux qui font la bonne affaire du week-end aux dépens des Lombards. Le déplacement à Gênes s'est rapidement placé sur de bons rails avec l'ouverture du score de l'inévitable Gonzalo Higuaìn (9’), auteur de sa 21ème réalisation cette saison. Meilleur buteur du championnat, il regarde de très loin ses poursuivants, puisque le premier d’entre eux est Eder, le joueur de la Sampdoria, qui compte "seulement" 12 réalisations depuis le début de la saison. Le Napoli a rapidement doublé la mise grâce à un penalty transformé par Insigne (18’). Mais la Samp a réduit le score par Correa juste avant la pause (45’), et c'est Hamsik qui a redonné de l'air aux visiteurs (60’) fructifiant immédiatement la supériorité numérique des siens suite à l'expulsion de Cassani. Buteur à la 73e minute, Eder a ravivé l'espoir, aussitôt éteint par un but de Mertens (79’).

 

Dans les autres matches de l’après-midi, le duel du milieu de tableau a largement tourné à l'avantage de la Lazio, implacable face au Chievo Vérone (4-1) grâce notamment à un doublé d'Antonio Candreva (66'pen, 81) et à des réalisations de Cataldi (72') et Keita (90'+6') alors que le but d’honneur des Gialloblù porte le nom de Cesar (5'). A signaler que les deux formations ont terminé à dix suite aux exclusions de Boštjan Cesar (47’) et du défenseur Biancoceleste Radu (82’) qui a provoqué un penalty que son portier Etrit Berisha a brillamment stoppé.

 

Même score et même réussite pour Palerme, qui a étrillé son poursuivant direct l'Udinese (4-1), où le Français Cyril Théreau a sauvé l'honneur de son camp. Côté Sicilien, Quaison (35'), Hiljemark (56' ), Lazaar (77') et Aleksandar Trajkovsk (87') ont permis à leur formation de s’offrir une bouffée d’air frais en comptant désormais six longueurs d’avance sur la zone rouge. De son côté Sassuolo a été surpris sur sa pelouse par Bologne (0-2). L’équipe de Roberto Donadoni revient du Mapei Stadium avec trois précieux points et ils peuvent remercier leurs deux buteurs Giaccherini (68’) et Floccari (93’). Un succès importantissime pour les visiteurs dans leur conquête du maintien au moment ou les Neroverdi désormais septièmes perdent deux places au général. Enfin, l’Hellas Vérone, lanterne rouge et dernière formation à n’avoir toujours pas remporté le moindre match devra encore attendre pour décrocher une première victoire cette saison en championnat. Sur leur pelouse du stade Marcantonio-Bentegodi, les hommes de Luigi Del Neri ont concédé rapidement l’ouverture du score au Genoa. Sur un coup franc obtenu par Dzemaili juste en dehors de la surface et excentré sur la droite, Suso réussit à mettre le ballon au dessus de la barrière humaine mais son ballon s’écrase sur le poteau puis sur le dos de Coppola qui en plongeant marque involontairement contre son camp (19’ csc). Les locaux vont toutefois revenir dans la partie grâce à l’incontournable Giampaolo Pazzini qui bien que très peu servi offre un bon point à sa formation (39’). Un nul bon à prendre pour les Rossoblù de Gian Piero Gasperini dans leur course à la survie dans l’élite.

 

 

Dybala fait chavirer le cœur de la vecchia signora !

 

Invaincus depuis dix matches (dix succès consécutifs), les hommes d’Allegri accueillaient la Roma de Spalletti, cinquième du classement et toujours en course pour la qualification en Ligue des champions au Juventus Stadium dans le posticipo serale de 20H45 (match de clôture) de cette vingt et unième journée. Arrivé il y quelques semaines pour remplacer Rudi Garcia, le technicien Italien Luciano Spalletti voulait absolument conjurer le mauvais sort contre le champion d’Italie en titre. En dix-huit rencontres, il n’a jamais battu la Juve. Malheureusement pour l’ancien entraîneur du Zenith, ses joueurs n’ont pas été capables de venir à bout des Turinois. Après avoir longtemps tenu en défense, la Roma a finit par craquer dans les vingt dernières minutes sur un but de l’inévitable Dybala. La première période a été presque à sens unique. Supérieur tactiquement et techniquement, la vieille dame domine mais n’arrive pas à trouver la faille. Le leader de l’attaque Piémontaise, Dybala s’est procuré de nombreuses occasions sans cependant parvenir à tromper Szczesny. L’Argentin a même trouvé la barre à la vingtième minute sur un lob audacieux dans la surface des Giallorossi. Dominée, la Roma s’est énervée durant le premier acte avec notamment un accrochage entre Manolas et Mandžukić suite à une faute du défenseur Grec. Au retour des vestiaires, Spalletti a décidé de changer de système, Salah descendant d’un cran pour épauler Nainggolan dans l’entrejeu. Un coaching payant pour les Romains qui ont remis le pied sur le ballon. Dans cette rencontre fermée, la Juventus a finalement trouvé la faille grâce à son joyau Albiceleste, Dybala. Servi dans la surface par Pogba a parfaitement croisé sa frappe du gauche pour tromper Szczesny impuissant (77(). La suite du match n’a pas changé d’un iota, la Roma ne se procurant qu’une seule occasion sur un coup franc non cadré de Miralem Pjanić. C’est donc logiquement que les Bianconeri se sont imposés et enchainent par un onzième succès consécutif en Serie A. Les joueurs de Massimiliano Allegri restent toutefois à deux longueurs du Napoli, toujours leader.

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Photos: Gettyimages

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article