Artn'sport

Artn'sport

Artn'sport est un site d'actualité footballistique avec des analyses, des interviews et des reportages sur le sport professionnel comme amateur. Créé en octobre 2010, ce site est géré par de jeunes plumes qui pour la plupart, veulent devenir journaliste. Artn'sport, le sport pour vous chaque jour !

Liga BBVA (J22) | FC Barcelone 2-1 Atlético Madrid: Un succès qui vaut de l'or !

Liga BBVA (J22) | FC Barcelone 2-1 Atlético Madrid: Un succès qui vaut de l'or !

Le FC Barcelone s'est adjugé le sommet de la Liga en disposant (2-1) de l'Atlético Madrid dans un match qui aura tenu toutes ses promesses. Les Catalans mis en difficulté par une excellente formation Madrilène ont rajouté trois nouveaux points à leur compteur qui risquent de peser très lourd lors du décompte final. Si rien n'est encore joué, cette Liga prend de plus en plus la couleur Azulgrana.

 

Parfois, il est préférable de laisser de côté ses valeurs et sa fierté lorsqu'il faut faire un choix important. C'est un peu ce qu'a fait ce samedi (16H00) le Barça dans ce choc extrêmement tendu voir parfois violant face à l'Atlético Madrid. En effet, les Catalans qui habituellement font subir à leurs rivaux leur supériorité ont cette fois dû mettre le costume de l'équipe qui attend et qui accepte sans avoir trop le choix de laisser passer l’orage en attendant le retour du soleil.

 

Les nerfs ont trahi la valeureuse formation de l’Atlético. Cette dernière s’est pourtant présentée au Camp Nou armée de bonnes intentions et l'équipe de Diego Simeone a d’ailleurs vu ses efforts rapidement récompensés avec l’ouverture du score de Jorge Resurrección Merodio Koke. Mais le Barça grâce à des réalisations de Messi et Suàrez et aux expulsions de Filipe Luis (44 ') et Godin (65') a réussi à renverser la vapeur. Malgré leur double infériorité numérique, les Colchoneros ont cependant crânement défendu leurs chances et ce jusqu’au bout mais revenir de Catalogne avec un point relevait du miracle avec deux joueurs en moins. Comme lors du match aller, Barcelone s‘est donc de nouveau imposé 2-1 prenant ainsi trois points d'avance sur l'Atlético et par la même l’avantage dans la confrontation directe premier facteur pris en compte en cas d’égalité de points entre deux équipes en fin de saison. Les Catalans ont souffert et éprouver toutes les peines du monde à tuer le match face à un adversaire pourtant réduit à neuf, mais peu importe. A la faveur de ce succès, les Catalans font un grand pas en avant vers la conquête de la Liga. Luis Enrique reste sur 26 matchs sans défaite, le record de 28 de l’ère Guardiola est désormais à portée de main.

 

 

FC Barcelone 2-1 Atlético Madrid: Le film du match !

 

Personne n'aurait imaginé après avoir assisté au premier quart d'heure de ce sommet de la 22ème journée de la Liga BBVA que le FC Barcelone regagnerait à la pause les vestiaires en étant devant au tableau d'affichage et si quelqu'un se serait avancé en pariant sur une telle issue, on l'aurait sans doute traiter de fou. En effet, ce début de partie est largement à l'avantage de l'Atlético Madrid. La formation d'El Cholo Simeone fait danser celle de Luis Enrique Martìnez durant ces minutes initiales. Les Catalans sont présents physiquement mais leur mental semble être resté aux vestiaires. La pression dantesque exercée par les Rojiblancos empêche les Blaugranas de faire sortir le ballon et de l'éloigner des buts de Claudio Bravo. Comment le Barça s'en est-il sorti? Simplement par un petit ajustement tactique. Luis Enrique a fait en fait descendre d'un cran Sergio Busquets qui devenait ainsi une sorte de troisième défenseur central épaulant le duo Piqué-Màscherano. Ce léger changement a rapidement porté ses fruits puisque le Barça fait enfin sortir convenablement le cuir et met un peu plus en difficulté des Colchoneros qui commencent à user du jeu dur pour freiner ou intimider leurs hôtes en accumulant les fautes comme l'atteste cette semelle sur le genou de Messi qui aura valu l'expulsion directe à Felipe Luis (44'). Une décision logique de l'arbitre de cette partie, Monsieur Alberto Undiano Mallenco qui a pris ses responsabilités en renvoyant à la douche le latéral Brésilien dont l'intervention très limite aurait pu avoir des conséquences bien plus fâcheuses sur le genou du quintuple ballon d'or.

 

Reprenons du début et surtout par l'entame de ce Partidazo. Dès la deuxième minute, Saúl Ñíguez teste les réflexes de Claudio Bravo qui dévie en corner une balle qui ne demandait qu'à finir au fond de ses filets. Cette action était un avertissement de ce qui allait se produire sept minutes plus tard lorsque sur une erreur de Jordi Alba, de retour de blessure, l'ancien Monégasque Carrasco volait un ballon avant de servir au point de pénalty Koke qui seul au point de penalty et d'un tir croisé ouvre le score 0-1 (9'). La domination de l'Atlético se poursuit avec un tir de Carrasco qui passe légèrement à côté. Peu après, ce fut au tour de Saúl après s'être débarrassé de Busquets de tenter sa chance mais son ballon est également hors cadre.

 

 

Changement de décor !

 

Doucement mais sûrement, la physionomie de cette rencontre change et le Barça reprend du poil de la bête. L'équipe de ''Lucho'' inquiète une première fois les Madrilènes (28') quand Iniesta jusque là transparent offre une balle lumineuse à Luis Suàrez qui trouve en Oblak un rempart de choix. Le club Culè a compris que c'est le moment d'appuyer sur l'accélérateur pour revenir au plus vite dans la partie. L'équipe Catalane pousse les Colchoneros dans leurs derniers retranchements et celle-ci n'arrive plus à sortir de sa moitié de terrain. Et c'est ainsi que les locaux vont voir leurs essais logiquement récompensés par le but de l'égalisation. Neymar Jr décale sur sa gauche Jordi Alba qui à l'entrée de la surface et en première intention met un ballon à ras terre que Lionel Messi coupe victorieusement pour battre enfin le gardien Tchèque 1-1 (29').

 

Le Barça fait le plus dur à savoir revenir dans la partie. En effet, après le but du meilleur joueur du monde, le club Catalan retrouve son style de jeu. L'équipe championne d'Espagne, d'Europe et du monde en titre est transformée et le match change radicalement. C'était donc plus qu'une question de temps pour que Barcelone prenne l'avantage au score. Et c'est donc comme on pouvait s‘y attendre que Suàrez, lancé en profondeur par Dani Alves utilise son corps pour contrôler tout d'abord puis protéger son ballon avant d'éliminer son défenseur pour fusiller enfin l'ultime rempart de l'Atlético Madrid 2-1 (38'). Le Barça renverse donc la situation à son avantage malgré l'entame de partie difficile. Cette fin de première mi-temps est toutefois entachée par l'agression de Felipe Luis sur Messi dans la dernière minute de ce premier acte. La formation Catalane regagne donc les vestiaires avec l'avantage au tableau d'affichage et en supériorité numérique dans ce sommet du championnat entre deux équipes qui se partagent avec le même nombre de points le sommet de la Liga BBVA 2015-2016.

 

 

Moins de rythme !

 

Après la pause, on assiste à un tout autre match dans les premiers instants de ce deuxième acte. Le Barça tente d'endormir son adversaire pour s'éviter toute mauvaise surprise. De son côté, l'Atlético fait de son mieux pour éviter d'encaisser un troisième but qui condamnerait définitivement ses chances pour revenir dans la partie. L’objectif des visiteurs est de garder ce score jusqu’aux dernières minutes de cette partie afin de tout donner à la fin pour pourquoi pas s'offrir un petit point. Pourtant, à certains moments, c'était le Barça qui donnait l'impression d'évoluer avec un homme en moins et Bravo (55') d'un arrêt réflexe chanceux du pied qui le surprendra lui-même prive Antoine Griezmann qui avait mis auparavant dans le vent toute la défense centrale du Barça de remettre les pendules à l'heure après un excellent centre du décidément très percutant Carrasco. De nouveau, l’Atlético met en difficulté les Catalans comme ce fut déjà le cas en début de rencontre. Les Barcelonais bien en place dans leur moitié de terrain semblent attendre le bon moment pour punir en contre et tuer le match...

 

Mais comme en première période et dans un moment difficile pour Barcelone, Godín offre un joli cadeau à ses hôtes en se faisant expulser (après avoir reçu un deuxième carton jaune) à la suite d'un tacle avec les jambes décollées sur Luis Suàrez (64'). L'Atlético Madrid désormais à neuf, Luis Enrique en profite pour lancer Arda Turan qui en ce samedi 30 Janvier fêtait ses 29 ans à la place du Croate Ivan Rakitić afin de tenir le ballon et pousser les Colchoneros dans leur camp. Les Rojiblancos avec deux joueurs en moins se privent volontairement de leur buteur Griezmann que Diego Simeone remplace par Savić (défenseur central) afin de recomposer sa charnière et comme un malheur n’arrive jamais seul, Augusto Fernandez n'a pas terminé la rencontre lui qui a été recruté par l'Atlético de Madrid pour remplacer Tiago (gravement blessé). Le milieu Argentin accompagné par un ‘’bisou’’ peiné et sincère de Màscherano et par l’ovation de tout le Camp Nou à sa sortie s'est blessé au genou gauche et les ligaments sont touchés selon les Colchoneros. Il passera des nouveaux examens qui confirmeront la durée de son indisponibilité.

 

Avec deux jours en plus et mentalement plus à l’aise, le Barça se procure une nouvelle opportunité quelques instants après l'expulsion sur un coup franc excentré de Messi qu'Oblak met en corner. Les Azulgranas semblent se satisfaire du 2-1 convaincu que ce succès bien qu’étriqué pouvait porter un coup de grâce au campeonato. Arda Turan, l'ancien de la maison Madrilène aurait pu s'offrir un joli cadeau d'anniversaire en marquant le troisième but des siens (77') mais le tir croisé du Turc passe tout prêt du poteau mais ne trouve malheureusement pas le cadre. Le public s'insurge et demande plus mais les joueurs du Barça en vue des prochaines échéances préfèrent gérer le reste du match en dosant leurs efforts. Le plus important dans cette partie auront été finalement ces trois points. Désormais, le Barça compte trois longueurs d'avance sur son poursuivant immédiat et adversaire du jour et provisoirement sept sur le Real Madrid (qui accueille en fin de soirée ce dimanche l'Esapnyol à Bernabéu) tout en comptant un match en moins contre le Sporting Gijón. Si tout reste encore à faire, les Azulgranas ont fait un petit break. La suite, dans les prochains épisodes de ce passionnât championnat.

 

 

Une victoire qui vaut son pesant d'or !

 

La victoire du Barça face à l'Atlético Madrid ce samedi vaut bien plus que ces trois points. C'est un pas de géant vers le titre d'autant qu'en cas de nouveau succès le 17 février prochain lors du match retard face à Gijón (un match que les Culès ont raté car au même moment se disputait pour les camarades de Messi au Japon le mondial des clubs. NDLR), les Catalans pourraient se retrouver avec six longueurs d'avance sur les Colchoneros. Pour la deuxième fois consécutive, le FC Barcelone a dû remonter au score en encaissant le premier but. L'équipe Blaugrana donne l'impression d'avoir du mal à rentrer dans ses matchs et si elle n'encaisse pas le premier but, elle ne réagit pas. Ce fut le cas contre Màlaga (même si dans ce match, Barcelone menait 0-1), contre l'Athletic Bilbao en coupe du roi mercredi au Camp Nou et de nouveau ce samedi après-midi toujours à la maison. La réalisation de Koke dès la neuvième minute fut la meilleure des preuves de la sieste sans fin de l'équipe Culè.

 

Cet endormissement s'est d'ailleurs prolongé jusqu'à l'égalisation de Léo Messi (29'). À partir de là, le Barça a mis fin à sa léthargie pour offrir sa meilleure version footballistique qui culmine par la réalisation d'El Pistolero (37'). La remontada consommée n'a cependant pas rassasié le Camp Nou qui pour l'anecdote a réalisé avec 94.990 sa meilleure influence cette saison. Les aficionados du Barça ont tenu leurs ventres nonobstant l'expulsion de Felipe Luis suite à sa grossière faute sur Messi. En effet, la seconde période qui aurait dû être plus tranquille a vu l'Atlético maintenir son intensité et passer tout prêt d'égaliser jusqu'à ce que Godín voit lui aussi rouge. La formation Catalane a joué à son niveau que lors des vingt dernières minutes du premier acte, un laps de temps suffisant pour faire la différence et marquer deux buts. Si cette partie ne restera pas dans l'histoire en raison du jeu assez morose développé par les Azulgranas, cette victoire revêt une importance capitale dans la course au sacre et place le Barça comme le principal favori dans la course à sa propre succession.

 

Le Tweet du jour :

 

 

Statistique clé:

 

2: La dernière fois que l'Atlético Madrid avait encaissé deux buts en Liga BBVA, c'était le 11 Janvier 2015 et c'était encore une fois contre Barcelone. En six confrontations face aux Colchoneros (quatre en Liga, deux en coupes du roi) depuis la nomination de Luis Enrique sur le banc Catalan, le Barça s’est toujours imposé.

 

L'homme du match:

 

Claudio Bravo: Ce serait trop facile de donner la palme de cette partie une nouvelle fois à Léo Messi même si l'envie ne manque pas on vous l'avoue. En effet, le gardien Chilien auteur de plusieurs arrêts décisifs (Dont un en début de partie et un autre au milieu de reprise) a sauvé la baraque car sans ses exploits, le résultat aurait sans doute été moins flatteur pour le Barça. Rarement récompensé par ses prestations à cause de ses coéquipiers qui prennent toute la lumière. Bravo est une autre valeur sûre de ce Futebol Club Barcelona.

 

 

Le pire:

 

Felipe Luis: Très discret en première mi-temps, il s'illustre juste avant la pause en commentant une faute grossière sur Messi qui aurait pu avoir des conséquences bien plus graves. Fort heureusement, si l'Argentin s'en est sorti indemne, le latéral Auriverde a laissé ses coéquipiers à dix facilitant la tâche aux Catalans.

 

La déclaration :

 

Javier Màscherano (Défenseur du Barça) : “Nous sommes contents du résultat au terme d’une rencontre difficile, comme toutes celles face à l’Atlético de Madrid. Le résultat nous renforce et nous creusons l’écart avec nos poursuivants désormais en Liga. Gagner un concurrent direct est toujours primordial. Nous devons poursuivre dans cette voie. En deuxième période, nous avons lutté pour mettre notre jeu en place. Nous venions de disputer un match éprouvant face à l’Athletic Bilbao et nous avons eu du mal à accélérer parfois. Nous pouvons enfin nous reposer avant de recevoir Valence. Nous sommes dans la meilleure des situations possibles. Mais tout peut changer du jour au lendemain alors nous devons continuer à travailler ”.

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Photos: Gettyimages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article