Artn'sport

Artn'sport

Artn'sport est un site d'actualité footballistique avec des analyses, des interviews et des reportages sur le sport professionnel comme amateur. Créé en octobre 2010, ce site est géré par de jeunes plumes qui pour la plupart, veulent devenir journaliste. Artn'sport, le sport pour vous chaque jour !

Liga BBVA (Match retard : J16) | Sporting Gijòn 1-3 FC Barcelone : Une mise à jour réussie !

Liga BBVA (Match retard : J16) | Sporting Gijòn 1-3 FC Barcelone : Une mise à jour réussie !

Grâce à un doublé de Messi et à une réalisation de Suàrez, le FC Barcelone est revenu du Molinón avec trois nouveaux points. Ce match retard brillamment remporté permet aux Catalans de creuser l'écart en tête du classement et de faire le plein de confiance en attendant leur huitième de finale de Ligue des Champions la semaine prochaine.

 

Avec le minimum d'efforts mais emmené par un Lionel Messi toujours aussi étincelant. Le Barça a retrouvé le terrain trois jours après son triomphe sur le Celta Vigo (6-1) confirmant sa suprématie sur cette Liga en ajoutant une nouvelle victoire à son tableau de chasse lors de cette mise à jour du calendrier d'un match comptant pour la seizième journée de la Liga. Le déplacement en Andalousie n'a pas connu de grosses perturbations pour des Catalans faciles vainqueurs (1-3) et qui ont même pu faire tourner en faisant reposer certains éléments se privant volontairement de Dani Alves, Jordi Alba, Màscherano ou encore Iniesta en plus de s'être permis le luxe de rater un pénalty. Les Catalans ont souvent géré leurs efforts dans cette rencontre et lorsque Messi a décidé d'accélérer, la différence a été faite immédiatement. Le quintuple ballon d’or auteur de l'ouverture du score et du second but inscrit quelques minutes après l'égalisation du Sporting signée Castro a une nouvelle fois porté les siens. En attendant la confrontation face à Arsenal en Champion's League, les Culès réalisent une excellente opération en championnat.

 

 

Sporting Gijòn 1-3 FC Barcelone : Le film du match !

 

En s'imposant sur la pelouse du Sporting Gijón (1-3), le FC Barcelone poursuit sa course inarrêtable vers le sacre. La formation Blaugrana a pris le meilleur sur un rival qui a évolué avec beaucoup d'enthousiasme, d'envie et qui a tout tenté pour déstabiliser les joueurs de Luis Enrique sans pour autant les mettre en grande difficulté. Le Barça voulait profiter de ce match retard prévu initialement en décembre, période durant laquelle les Catalans étaient au Japon en train de disputer la coupe du monde des clubs qu'ils ont d'ailleurs remportée pour creuser un écart qui pourrait s’avérer être décisif dans la course au titre sur ses principaux rivaux. Le club Culè n'a pas failli dans sa mission et emmené par un Messi des grands jours a logiquement et avec autorité remporté le gain d'une partie dominée de la tête et des épaules. Point de round d'observation, le début de partie se joue en effet à un rythme extrêmement élevé. Les deux entraîneurs surprennent quelques peu de par leurs formations et surtout par l'attitude de leurs équipes. Le Barça pour ce début de match décide en effet de laisser l'initiative à ses hôtes et de rester recoquillé dans sa moitié de terrain. Luis Enrique a changé ses latéraux en faisant jouer Adriano et Aleix Vidal, le Turc Arda Turan occupait lui la positon de milieu excentré, poste habituellement occupé par Andrès Iniesta. Côté Asturien, l’entraîneur Abelardo Fernández (qui du temps où il était joueur a évolué avec Luis Enrique au Barça et a été formé comme Lucho au Sporting Gijòn. Ndlr) a de son côté laissé au repos la moitié de sa formation titulaire pensant sans doute au match de ce week-end (samedi face au Betis Séville) et a donné libre court à Halilović (jeune Croate prêté par le Barça) qui a évolué souvent collé à la ligne de touche afin de profiter de sa vision du jeu et surtout de sa vitesse sur les éventuels contres qui pouvaient se présenter.

 

 

Monologue Azulgrana !

 

Rapidement, le Barça va réussir à imposer sa supériorité technico-tactique. Le Sporting décide de garer '´le bus'´ devant ses buts en jouant quasiment à dix dans sa propre surface ce qui a évidemment compliqué la tâche des attaquants Blaugranas à pouvoir faire des appels en profondeur dans les dix-huit mètres adverses. Rakitić s'essaye alors de loin au moment où le Sporting répond par contre avec Álex Menéndez dont la tentative frôle le poteau de Claudio Bravo sans pour autant le faire sourciller. Le Barça a éprouvé beaucoup de difficulté à jouer sur les ailes même si Neymar Jr s'est montré capable de trouver Suàrez en profondeur mais Cuéllar gagne son duel en un contre un privant El Pistolero d'ouvrir la marque.

 

Le match s'anime enfin au moment où Messi décide d'accélérer. L'Argentin voyant le Sporting beaucoup trop regroupé décide de tenter sa chance de loin et d'un tir croisé à ras terre de l'extérieur de la surface de réparation ouvre magnifiquement le score pour les Catalans 0-1 (24'). La puce sans opposition s'emmène le ballon et ce dernier bien enroulé termine dans le petit filet de Cuéllar. Une réalisation qui pensait-on allait mettre sur les rotules une équipe du Sporting mais c'est tout le contraire qui va se produire. Les Rojiblancos vont réagir immédiatement. Même pas le temps de savourer cette ouverture du score pour les visiteurs qu’Álex Menéndez s'échappe sur le couloir droit ou Adriano brillait par son absence avant de servir au second poteau Carlos Castro qui remet en se jetant les pendules à l'heure 1-1 (26'). Les minutes de folie se poursuivent avec de nouveau dans le rôle du sauveur Lionel Messi. Ivan Rakitić voyant El Pistolero démarqué le sert habilement. Suàrez enfermé sur la droite dans le petit rectangle de la surface de réparation protège superbement le cuir avant de servir en retrait Messi. Le meilleur joueur du monde frappe fort sous la barre et trompe une deuxième fois Cuéllar 1-2 (30´). Quinzième but pour l'Argentin cette saison en Liga BBVA.

 

 

Une leçon bien apprise !

 

Ne voulant par reproduire les mêmes erreurs et revivre ce qui arrivait lors de l'ouverture du score. Le FC Barcelone fort de cette seconde réalisation accentue sa domination avec l’objectif d’inscrire un troisième but qui le mettrait définitivement à l'abri de toute mauvaise surprise. Messi tente de nouveau sa chance à l'entrée de la surface mais cette fois-ci Cuéllar, l'ultime rempart des Andalous a le dernier mot. Pas plus de réussite pour Neymar qui se régale sur son côté gauche. L'international Auriverde dont la prolongation au club est en bonne voie efface son vis à vis avant de placer une superbe frappe enroulée qui va heurter la lucarne opposée du portier de Gijón. C'est donc sur cet avantage à la marque que les Catalans regagnent les vestiaires. Une première période marquée par cinq minutes de folie durant lesquelles on a assisté à trois buts.

 

La seconde période voit la formation du Sporting Gijón beaucoup moins entreprenante. Les locaux tentent timidement de réagir sur une frappe lourde plein axe d’Omar Mascarell après un service de Menéndez mais Bravo capte le ballon sans sourciller. Beaucoup trop peu pour espérer faire trembler une équipe Catalane sûre de sa force. À partir de là, les quintuples champions d’Europe sous les sifflets d'un public Andalou hostile monopolisent le ballon et tentent de trouver la faille avec Messi qui d'une superbe louche trouve Suàrez qui voit sa tentative déviée du bout des doigts par Cuéllar puis dégagée en catastrophe par Lichnovsky d'un retourné acrobatique. N'arrivant toujours pas à faire le break, le FC Barcelone s'expose frôlant parfois la correctionnelle. Halilović, meilleur joueur Andalou de cette rencontre s'infiltre dans la surface côté droit et tente une frappe avant de s'écrouler suite au retour d'Arda Turan. Le Molinón réclame le penalty mais Monsieur Ricardo de Burgos Bengoetxea, le référée Basque de cette partie ne dit rien et laisse l'action se poursuivre le plus normalement du monde.

 

 

Autre pénalty raté !

 

Si les locaux n'ont pas bénéficié de pénalty, le Barça va s'en procurer un. Neymar alerté côté gauche s'échappe et rentre dans la surface avant de se faire déséquilibrer par Cuéllar qui rate totalement sa sortie. Pénalty et carton jaune pour le défenseur Mere qui conteste avec beaucoup trop de véhémence la décision de l'homme en noir. Luis Suàrez se présente sur le point des onze mètres et frappe à mi-hauteur côté gauche mais Cuéllar qui plonge du bon côté gagne son duel et prive El Pistolero de marquer. Cette opportunité perdue va titiller l'orgueil de l'Uruguayen qui va répondre de la meilleure des manières. Sur une ouverture millimétrée d'Aleix Vidal, Luis Suàrez rentre dans la surface de réparation sur la droite, se retourne avant d'enrouler une frappe du gauche splendide qui avec l'aide du poteau trompe un Cuéllar resté pantois et surpris par cette inspiration géniale de l'ancien baroudeur du FC Liverpool 1-3 (67').

 

Une réalisation superbe qui enterre les minces espoirs des Gijoneses de revenir dans ce match et qui permet au Barça de jouer avec plus de sérénité le reste de cette rencontre et de se créer une multitude d'occasions pour creuser un peu plus l'écart. Arda Turan, très maladroit durant cette partie malgré une passe lumineuse de Messi rate l'immanquable. Le reste du match va voir le Barça gérer tranquillement son avance jusqu'au triple sifflet final. Busquets se fait volontairement avertir pour contestation. Le milieu de terrain Catalan jette le ballon de rage après avoir subi une faute. Il sera d‘ailleurs suspendu samedi prochain contre Las Palmas. Luis Enrique fait souffler Piqué et Busquets remplacés respectivement par Bartra et Màscherano. Les Catalans s'imposent donc (1-3) et s'envolent en tête de la Liga puisqu'ils comptent désormais 6 points d'avance sur l'Atlético et 7 sur le Real Madrid.

 

 

La Liga déjà pliée ?!

 

En s'imposant sur le terrai de Gijón dans ce match retard. Le Barça a pris une grosse option dans la course à sa propre succession. Avec désormais un matelas confortable de six points d'avance sur les Colchoneros de Diego Simeone et sept sur les hommes de Zinedine Zidane. Un avantage assez important qui doit permettre aux hommes de ''Lucho'' de vivre le troisième tiers de la saison avec plus de sérénité tout en tenant compte que l'Atlético et le Real Madrid devront s'affronter lors de la prochaine journée lors du derby Madrileño à Bernabéu. Certes, il reste encore pas mal de match à jouer mais les sensations sont très positives pour une équipe qui reste sur 31 rencontres consécutives sans défaites et huit succès de rangs en Liga. Le Barça de Luis Enrique qualifiée pour la finale de la Copa del Rey reste encore en course pour tenter de rééditer le triplé de la saison écoulée. Un objectif s'il est atteint rendrait encore plus légendaire cette équipe.

 

Messi a été encore une fois le principal artisan de ce succès Blaugrana. Comment pouvait-il en être autrement? Le crack Argentin a marqué les deux premiers buts établissant comme à son habitude de nouveaux records. Premier footballeur de l'histoire à dépasser les 300 buts dans le championnat Espagnol (301). La Pulga est aussi celui qui a eu l'immense honneur de marquer le 10.000ème but de l'histoire du club Azulgrana. Incroyable ! Trois jours après avoir réinventé le pénalty à la Cruijff dont le monde entier a parlé, Messi a de nouveau mené avec brio le trident offensif avec Suàrez (qui a raté un pénalty) mais qui a cependant marqué consolidant ainsi sa première place au classement du Pichichi et égalant Higuaìn, le Napolitain dans la course que se livrent les deux hommes pour le soulier d'or avec 24 buts chacun. Neymar qui n'a pas marqué à lui aussi brillé avec sa technique, sa magie et ses actions dignes d'un authentique génie. La MSN brille de par ses performances mais aussi et surtout de par son entente comme le confirment les embrassades entre les trois de devant qui fêtent à chaque fois les buts ensemble n'en déplaise à un certain Cristiano Ronaldo.

 

Le tweet du jour:

 

 

Statistique clé:

 

De Messi, on a déjà tout dit n'est-ce pas ? Considérant cela, évoquons le cas de Luis Suàrez. L'Uruguayen est devenu le troisième joueur des cinq grands championnats Européens à avoir atteint la barre des deux chiffres dans le ratio buts-passés décisives. Les Catalans sont invaincus depuis 31 rencontres toutes compétitions confondues grâce à ce seizième succès en Liga. Pas mal du tout !

 

L'homme du match !

 

Lionel Messi: Nouveau doublé, nouveau record, nouvelle prestation galactique. L'Argentin en est à 15 réalisations en Liga mais il a surtout enchanté le Molinón avec sa magie sans fin. Il débloque le match et cherche constamment à faire marquer ses coéquipiers. Merveilleux !

 

Le pire:

 

Igor Lichnovsky: Difficile de choisir le pire joueur d'une formation comme le Sporting Gijón qui a joué dignement mais le Chilien aura été l'élément qui a le plus souffert dans le secteur défensif.

 

La déclaration :

 

Luis Enrique Martínez (Entraîneur du FC Barcelona) : « Grâce à notre circulation de balle, nous avons repoussé le Sporting vers sa surface de réparation. Nous avons connu les difficultés logiques face à une équipe repliée en défense. Nous avons contrôlé le jeu en nous créant des occasions nettes. Je suis optimiste et confiant devant toutes les situations que nous devons affronter. Lors des dix dernières journées, beaucoup de choses se sont passées mais nous sommes là où nous voulions être. Pouvoir compter sur Leo est un privilège, contre n’importe quelle équipe. Le but de Suárez nous a libérés et il nous a fait du bien parce que nous avons moins souffert par la suite. Les penalties ratés ? Nous voulons progresser sur penalty mais ceux qui ratent, ceux qui tirent, cela ne me préoccupe pas du tout. Nous avons trois grands spécialistes, nous faisons confiance à Luis, Messi et Ney, qui sont de très bons tireurs. Je ne suis pas un sentimental. Je viens à Gijòn tous les étés et à Noël. J’ai passé une très belle journée ici. »

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Photos: Gettyimages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article