Artn'sport

Artn'sport

Artn'sport est un site d'actualité footballistique avec des analyses, des interviews et des reportages sur le sport professionnel comme amateur. Créé en octobre 2010, ce site est géré par de jeunes plumes qui pour la plupart, veulent devenir journaliste. Artn'sport, le sport pour vous chaque jour !

Serie A Tim (J24) : Naples et la Juve sont inséparables, la Roma revient fort !

Serie A Tim (J24) : Naples et la Juve sont inséparables, la Roma revient fort !

Le Napoli et la Juve toujours aussi solides, l’Inter frise le ridicule et les Giallorossi qui remontent doucement mais surement pendant que Sassuolo ne sait plus comment faire pour gagner. DECRYPTAGE !

 

En attendant leur confrontation directe ce samedi 13 février 2016 au Juventus Stadium (20H45), le match du Scudetto sans doute et qu’il ne faudra rater sous aucun prétexte évidemment. Le Napoli et la Juventus poursuivent leur sans faute en disposant respectivement à la maison de Carpi (1-0) et à l’extérieur de Frosinone (0-2) avant de se donner rendez-vous le week-end prochain pour une explication musclée et très attendue pas tous les amateurs de Serie A dans le monde. Derrière les deux leaders, c’est la Roma, victorieuse pour la troisième fois consécutive qui fait l’énorme coup de cette journée en revenant à deux unités de la troisième place occupée par la Viola. Pour le reste, à l’exception de l’Inter et l’AC Milan, les pronostiques ont globalement été respectés.

 

Samedi (18H00) en ouverture de ce vingt quatrième chapitre du Campionato Italiano, la Fiorentina, actuelle troisième de Serie A, a concédé le match nul (1-1) sur la pelouse de Bologne. Après une première période sans évènement marquant, tout s’est joué en cinq minutes en début de deuxième mi-temps. L’international Chilien de la Viola Matias Fernandez s’est d’abord fait expulser pour un deuxième carton jaune (57’), son jeune coéquipier Italien Federico Bernadeschi a ouvert le score dans la foulée sur un service de Cristian Tello (59’) avant que l’international de Bologne Emanuele Giaccherini n’égalise (63’). Le score en est resté là malgré la supériorité numérique des Rossoblù. La voila nonobstant ce nul conserve sa troisième place sur le podium à neuf points du leader, le Napoli. Un peu plus tard dans la soirée (20H45), la Lazio Rome a été accrochée par le Genoa (0-0). Les Biancocelesti toujours englués à la neuvième place, ont manqué l’occasion de revenir provisoirement à 3 points du Milan AC sixième. Le Genoa, lui, compte désormais six longueurs d’avance sur la zone rouge, mais reste toujours sous la menace de Carpi et Frosinone.

 

 

L’Inter frise le ridicule !

 

Dimanche, à l’heure de la messe (12H30), L’Inter Milan a presque touché le fond face à la lanterne rouge de cette Serie A. Longtemps menés au score, les hommes de Roberto Mancini ont finalement arraché le match nul grâce à un but d’Ivan Perišić en fin de rencontre (78’). Les Nerazzurri, qui s’étaient repris mercredi face au Chievo Verone (1-0), après deux gifles reçues face à l’AC Milan et la Juve (3-0 à chaque fois), sont retombés dans leurs travers. Après avoir pourtant ouvert le score dès la neuvième minute par Murillo, l’Inter a encaissé trois buts par Helander (13’), Pisano (16’) et Ioniță (57’) prouvant que les problèmes défensifs n'étaient toujours pas résolus. Le but de Mauro Icardi (61’) a permis de conserver un espoir avant l’égalisation du Croate. Avec ce match nul peu glorieux, la formation Lombarde qui n’en finit plus de décevoir reste au contact du podium, avec un point de retard sur la Fiorentina. Au regard des difficultés actuelles, c'est presque miraculeux.

 

Dans les rencontres du dimanche après-midi (15H00), le Chievo Vérone est revenue de Turin avec une précieuse victoire (1-2). Malgré l’ouverture du score dès la dix-neuvième minute de Marco Benassi qui a bien fructifié l’offrande de Ciro Immobile (19’). Les hommes de Giampiero Ventura au lieu d’être galvanisés par cette avance au score vont sans véritable explication se crisper et pour ne rien arranger, c’est l’un des leurs qui va remettre les Gialloblù dans le match. En effet, Bruno da Silva Peres, dans une tentative d'anticiper Castro, détourne la passe d’Inglese juste assez pour tromper Padelli, son propre gardien 34'(csc). En seconde période, les deux formations jouent prudemment et semblent même se contenter de ce partage mais à l’approche du dernier quart d’heure de cette rencontre, le Chievo obtient un pénalty que Valter Birsa transforme par deux fois après que l’arbitre l’ait fait retiré suite à l’envahissement de la surface par certains joueurs lors du premier essai du Slovène (72’ Pen). Les Grenats vont par la suite pousser pour tenter d’égaliser mais les poulains de Rolando Maran vont résister jusqu’au bout et revenir du Piémont avec trois points précieux qu’ils leur permettent de consolider leur dixième position et surtout de compter onze longueurs d’avance sur la zone rouge au moment ou le Toro désormais douzième n’avance plus vraiment.

 

 

Révélation du ce début de saison, Sassuolo ne sait plus gagner. L’équipe d’Eusebio Di Francesco ne s’est plus imposé en championnat depuis Novembre. Sans Gilardino mais avec Uroš Djurdjević, Palerme va faire pourtant mieux que résister. Les Siciliens vont profiter d’une entame de match réussie pour ouvrir la marque. Echange entre Vázquez-Trajkovski conclu du plat du pied gauche par l’Italo-argentin qui met son équipe sur les bons rails (30’). Pas de quoi décourager le Neroverdi. Ballon génial de Francesco Magnanelli pour Diego Falcinelli qui trouve d’une superbe talonnade Defrei qui seul face au portier ne tremble pas (45’). En deuxième mi-temps, Simone Missiroli redonne l’avantage aux Siciliens (50’). Sur un ballon au second poteau, Antei remet dans l’axe pour Missiroli qui bat Sorrentino, deux buts à un pour les locaux. L’avantage des Émiliens ne durera que trois petites minutes, le temps qu’Uroš Djurdjević ne trouve Franco Vázquez qui d’un coup du pinceau (une Pennellata en Italien. Ndlr) ne remette les pendules à l’heure offrant un point aux hommes de Giovanni Tedesco qui s’ajoute à leur compteur et qui devrait peser dan la course au maintien. Septième, Sassuolo n’y arrive plus trop après un début de saison pourtant brillant.

 

Naples et la Juventus ne se lâchent plus !

 

La Juventus, victorieuse à Frosinone (0-2), et Naples, qui a gagné contre Carpi (1-0), comptent désormais huit et dix points d'avance sur le troisième, la Fiorentina. Les deux candidats au Scudetto s'affronteront lors de la prochaine journée dans un choc très attendu. C’est désormais une quasi-certitude : le titre de champion d’Italie va se jouer entre la Juventus et Naples, tous deux vainqueurs ce dimanche alors que leurs principaux concurrents, la Fiorentina et l’Inter, ont été tenus en échec par des équipes de deuxième moitié de tableau. Réduite au silence par une vaillante et rigoureuse équipe de Frosinone entraînée par Roberto Stellone pendant plus d’une heure. L’entraîneur qui lorsqu’il était joueur a porté les couleurs du Napoli et du Toro, deux club ‘’ennemis’’ des Bianconeri et qui avait promis cette semaine aux tifosi de ses deux anciens clubs de tout faire pour stopper le vice-champion d’Europe a failli tenir parole. La Vieille Dame a finalement trouvé la faille grâce à son international Colombien prêté par Chelsea Cuadrado (73’). Dybala a scellé le sort de cette partie en toute fin de match (90’+1’) assurant à son club une quatorzième victoire consécutive en Championnat, record du club.

 

Naples a de son côté eu un match difficile face à une équipe de Carpi pourtant réduite à dix peu avant l’heure de jeu suite à un second carton jaune du déjà averti Raffaele Bianco (56’) ne trouvant la faille que sur un penalty transformé par l’inévitable Higuaìn (69’) au cours d’un match où les tifosi Partenopei ont montré un soutien émouvant à Koulibaly, victime de cris de singe à Rome mercredi dernier face à la S Lazio. Pour revenir au jeu, l’attaquant Argentin a inscrit son 24e but en autant de journées et confirme son statut de meilleur buteur européen en Championnat. Les Napolitains conservent deux points d’avance sur la Juventus, qui met quant à elle la Fiorentina, troisième au classement, à huit unités. Azzurri et Bianconeri s'affronteront dimanche 14 février (15h00) dans le grand choc de la saison de l’autre côté des Alpes. Enfin et malgré sa domination, l’AC Milan, qui restait sur deux victoires consécutives en Championnat, a subi un coup d’arrêt à domicile face à l’Udinese (1-1). L'attaquant Français Niang (48’) a marqué pour les Rossoneri répondant à l’ouverture du score d’Armero (19’). Malgré ce semi-échec, les hommes de Siniša Mihajlović sont à six points seulement de la Fiorentina troisième et donc de la dernière place qualificative en Champion’s League (tour préliminaire). Enfin, en début de soirée de ce dimanche (18H00), pas de vainqueur ni de buts entre l’Atalanta Bergame et Empoli mais un bon point qui fait toutefois le bonheur des deux formations dans leur objectif commun du maintien.

 

 

La Roma va beaucoup mieux !

 

Pour le dernier match de cette journée, le traditionnel Posticipo serale du dimanche soir (20H45), la Roma a confirmé sa renaissance. Après deux matchs de rodage, il semble que Luciano Spalletti ait trouvé un système de jeu plutôt convaincant et solide. La preuve avec la position plus avancée de Florenzi. Nul ne l’ignorait, le ‘’ragazzo’’ avait des atouts offensifs à faire valoir, mais depuis qu’il a été repositionné en milieu droit, il apporte un plus à son équipe, il est d'ailleurs le premier buteur du soir (45’). Et puis, la position plus basse de Pjanić facilite également la relance et permet surtout à d’autres joueurs plus mobiles de faire la différence. La preuve avec le bijou de Perotti (50’) en début de seconde période. Bref, la Roma semble aller mieux depuis le retour de Spalletti, la réduction du score de la Samp sur une réalisation contre son camp de Miralem Pjanić est (presque) anecdotique (57’ csc), et cette troisième victoire de rang en est le symptôme le plus évident. La Sampdoria n’a pris aucun risque en première période. Les hommes de Montella se sont contentés de coulisser autour de leur surface et de se faire manger littéralement par le duo Manolas-Rüdiger sur leurs rares attaques placées. Dire que la Roma a dominé est également un euphémisme. Les hommes de Spalletti ont clairement monopolisé le ballon en première mi-temps. Seul problème : la finition. Car ni Pjanić, dont le jeu de tête est bien trop timide à la 18e, ni El Shaarawy, dont le tir au point de penalty deux minutes plus tard est toujours en orbite, ni Florenzi, trop court sur un bon centre de Maicon vers la demi-heure de jeu, ne parviennent à tromper Viviano. Pour ça, il faut attendre un premier avertissement de la part de la Sampdoria, une touchette de Rüdiger sur Correa dans la surface de réparation non sifflée par l’arbitre, et la toute dernière seconde de la première période. Moment choisi par Florenzi pour convertir d’un joli coup de tête la domination de son équipe.

 

La suite de la rencontre aurait dû être une formalité pour la Roma. Surtout que Diego Perotti double la marque dès le retour des vestiaires d’une reprise de volée classieuse au terme d'un cafouillage ordonné. 2-0. La Roma va toutefois retomber ans ses travers et se compliquer la tâche, preuve qu’elle a beau aller mieux, elle n’est pas tout à fait guérie, en encaissant un but largement évitable. Une frappe de Fernando à l’entrée de la surface est déviée par Pjanić dans son propre camp. À partir de là, la Louve assure les bases. À savoir, une défense en zone sans risque, des contres à moindre effectif et du courage. Beaucoup de courage. Notamment celui de Szczęsny qui vient se jeter dans les pieds de Quagliarella à deux minutes de la fin du match, ou encore capter une ultime frappe de la Samp et sauver les trois points de son équipe. Et à la toute dernière seconde, c'est la barre qui vient détourner un tir de Cassani. La Roma va mieux, c'est certain, mais il reste encore du boulot. Au moins pour ne pas se faire peur ainsi en fin de match. Les Giallorossi à quelques jours de défier le Real Madrid semblent aller beaucoup et surtout réalisent la bonne opération de cette journée en revenant à deux points du podium.

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Photos: Gettyimages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article