Artn'sport

Artn'sport

Artn'sport est un site d'actualité footballistique avec des analyses, des interviews et des reportages sur le sport professionnel comme amateur. Créé en octobre 2010, ce site est géré par de jeunes plumes qui pour la plupart, veulent devenir journaliste. Artn'sport, le sport pour vous chaque jour !

Liga BBVA (J28)| SD Eibar 0-4 FC Barcelone: Un nouveau pas vers le sacre !

Liga BBVA (J28)| SD Eibar 0-4 FC Barcelone: Un nouveau pas vers le sacre !

Emmené par un Lionel Messi passeur mais aussi double buteur, le FC Barcelone a regagné la Catalogne en sortant vainqueur d'un nouveau déplacement compliqué au Pays Basque sur le terrain d'Eibar (0-4). Les Blaugranas ont magnifiquement géré ce second voyage consécutif après celui de Vallecas en Liga BBVA en enregistrant une nouvelle victoire qui leur permet de maintenir leur confortable avance au classement.

 

Autre tour, autre course. Le FC Barcelone a réussi son deuxième déplacement consécutif en championnat en revenant du pays Basque tout comme lors de sa précédente sortie chez le Rayo Vallecano avec les trois points. Les Catalans maintiennent leur large avance en tête du championnat. Si Neymar manquait à l'appel, l'équipe de Luis Enrique a prouvé une fois encore sa force en prouvant qu'elle ne dépendait pas d'un joueur en particulier. À la place du Brésilien, il y' avait un certain Munir El Haddadi auquel il aura suffit de quelques petites minutes pour faire oublier l'absence de l'ancien joueur du Santos FC. Le canterano Espagnol a profité de sa titularisation pour ouvrir la marque dès la septième minute. Aucun adjectif ne peut décrire cette Armée de Luis Enrique qui marche sur ses adversaires et dont le seul véritable objectif en cette fin de saison est celui de conserver son sacre Européen. Chose jamais réalisée par n'importe quelle équipe depuis que la coupe d'Europe des clubs champions est devenue l'U.E.F.A Champion's League.

 

SD Eibar 0-4 FC Barcelone: Le film du match !

 

Le match disputé au stade municipal d’Ipurúa était une sorte d'épreuve de feu pour le Barça qui face à Eibar devait maintenir toute sa concentration et sa tension compétitive sur une pelouse en théorie difficile. Privé de Neymar suspendu et d'Iniesta laissé au repos (l'Espagnol était remplaçant). La formation de Luis Enrique Martìnez s'est toutefois montrée capable de garder intactes ses ambitions mais aussi et surtout sa capacité créative pour répondre avec l'art et la manière à l'étincelant succès du Real Madrid la veille à domicile face au Celta Vigo (7-1). Transcendé par un Léo Messi de retour en grande forme, le Barça n'a pas eu trop à forcer son talent pour régler l'équation Eibar. En effet, avec le meilleur joueur du monde sur la pelouse d'Ipurúa face à une formation Basque qui n'avait pas forcément les armes à part le jeu dur pour freiner les Azulgranas. Les catalans grâce au génie de Rosario ont su dompter un rival qui pouvait sur le papier leur poser quelques soucis et afin de s’éviter toute mauvaise surprise, les visiteurs se sont montrés d'entrée de jeu très concentrés, appliqués et ne laissant aucun espace. Face à une opposition qui exigeait en principe une application sans fin, Messi en homme à tout faire à de nouveaux assumé son statut en étant à l'origine du premier but avant de fabriquer et d'exécuter magistralement l'action qui a emmené la seconde réalisation de cette partie conclue victorieusement par le quintuple ballon d'or. Et lorsque la Pulga assume pleinement son rôle de numéro un mondial, il tire ses compagnons vers le sommet et l'adversaire en face éprouve les pires difficultés à trouver les solutions ou même à souffler un petit moment afin de se relaxer voir de respirer un moment.

 

 

Le Barça est insatiable !

 

Le Barça ne lâche toujours rien et poursuit sa route vers le sacre. Même sur les terrains les plus difficiles et à des heures impossibles (le coup d'envoie de cette partie à été donné à 16H00), personne n'arrive à freiner les Blaugranas qui enregistrent une 36ème victoire consécutive toute compétitions confondues sans défaite et obtiennent surtout ce dimanche face à Eibar un onzième succès de rang en Liga BBVA grâce à une énième superbe prestation de sa majesté Messi. L'Argentin à Ipurúa a régné en véritable maître. Il a joué à son rythme et accéléré quand il l'a lui-même décidé. De milieu de terrain à attaquant, la Pulga a confectionné l'action du premier but avant de marquer le but du break sur un contre rendement mené avant de corser l'addition sur un pénalty transformé d'une Panenka au milieu du but. Le quatrième et dernier but a été signé par Luis Suàrez qui après trois matchs de jeûne a enfin retrouver le chemin des filets.

 

Conscient que le Barça aurait toute une semaine de repos, une première depuis un moment. Luis Enrique a demandé à ses poulains de faire un dernier petit effort : aucune place aux rotations ou au repos donc avec les quartes titulaires habituels en défense. Seul Arda Turan a pris place au milieu dans la position traditionnellement occupée par Iniesta laissé sur le banc et Munir El Haddadi complétait le trio offensif avec Suàrez et Messi en l'absence de Neymar Jr suspendu pour cette partie. La formation Catalane a montré son meilleur visage en s'appuyant notamment sur les inspirations d'un Messi imprenable et qui a avec autorité mené les siens vers la victoire. L'Argentin s'est régalé sur le petit terrain d'Ipurúa (plus petite enceinte de première division du championnat d'Espagne avec une capacité de 6267spectateurs. Ndlr) en transformant cette partie en un véritable entraînement. En jouant à quelques mètres derrière sa position habituelle, le quintuple ballon d'or pouvait se balader entre les lignes en évoluant librement comme un gamin qui rigole dans un match entre amis et quand le résultat était acquis, il retrouvait sa position naturelle.

 

 

Une ouverture du score rapide !

 

L'Argentin orphelin de Neymar ce dimanche après-midi a été l'homme providentiel de son équipe. Il mène, exécute et construit le jeu de sa formation avec une insolente facilité. Par moments, il jouait dans le rond central comme le faisait un certain Xavi dirigeant l'orchestre Culè et régalant avec des passes lumineuses ses camarades de jeu. L'une de ses offrandes va d'ailleurs rapidement profiter au Barça. Sur le terrain minuscule d'Eibar, Messi envoie un long ballon sur la droite ou Suàrez était bien démarqué. L'Uruguayen contrôle le cuir, lève la tête et sert Munir au second poteau qui n'a plus qu'à pousser la sphère ronde dans le but vide 0-1 (7'). Une démonstration immaculée du jeu collectif conclue victorieusement par El Haddadi qui n'avait plus joué en championnat depuis novembre dernier et qui avec ce but faisait quelque peu oublier l'absence de l'international Auriverde. Menant à la marque, le Barça reste toujours aussi appliqué avec une sortie de balle limpide, un milieu de terrain capable de contenir l'adversaire et de combiner avec les attaquants en jouant dans les pieds tout en profitant des espaces. Les Blaugranas ont parfaitement contrôlé la partie en offrant du rythme et de l'intensité. Rien à voir avec leurs dernières visites à Málaga ou Las Palmas ou la pression adverse avait mis les Catalans sur les rotules. Arda Turan qui a probablement réalisé sa meilleure prestation depuis sa venue au Barça a failli nous offrir la plus belle passe de la saison. Le Turc contrôle dans la surface de réparation son ballon de la poitrine avant de servir du talon Luis Suàrez au point de pénalty. Le joueur formé au Galatasaray Istanbul s'est montré impliqué et plus à l'aise tactiquement que lors de ses précédentes sorties.

 

Le Barça a légèrement souffert en fin de première mi-temps. L'Eibar s'étire et tente de profiter de la pression mise par ses infatigables milieux et ses trois attaquants pour recoller au score. Sur corner Ramis tente sa chance de la tête, le ballon atterrit par la suite dans les pieds de Junca qui centre en première intention et qui trouve Gonzalo Escalante à cinq mètres mais le milieu de terrain offensif Argentin d'Eibar ne trouve pas le cadre. Les poulains de José Luis Mendilibar sont agressifs et arrivent à apporter le danger dans le camp Barcelonais. Màscherano manque une relance et les locaux en profitent pour prendre leur chance. Busquets est alors tout proche de marquer contre son camp. Au moment où les Catalans attendaient le coup de sifflet de Monsieur Alberto Undiano Mallenco l'arbitre de ce match, Messi perce plein axe et profite des appels de Munir (à gauche) et de Suàrez (à droite) pour s'emmener le ballon. Ander Capa et Aleksandar Pantić reculent laissant la Pulga accélérer tranquillement, entrer dans la surface et croiser sa frappe. But magnifique et break pour Barcelone à quelques minutes de la pause citron 0-2 (42'). Vingtième but du petit lutin Argentin en Liga cette saison lui qui pour rappel a manqué deux mois de compétition suite à une blessure. Avec deux buts d'avance, le Barça s'est permis le luxe de contrôler sans trop dépenser d'énergie le second acte. En baissant volontairement le rythme de cette partie, les visiteurs n'ont pas connu trop de soucis face à une équipe d'Eibar sans solutions et qui n'a rien tenté pour espérer revenir dans la partie. Difficile en effet de gêner un Barça aussi serein. Une équipe implacable capable d'accélérer quand il le faut mais aussi de gérer les efforts et d'éviter des blessures sur une pelouse humide et loin d'être dans un excellent état.

 

 

Messi sur pénalty !

 

Après plusieurs minutes sans véritables occasions. Messi et Suàrez décident d'accélérer. L'Argentin servi par El Pistolero entre dans la surface de réparation et donne le tournis au pauvre Iván Ramis. Au sol, le défenseur d'Eibar déboussolé par les dribbles déroutants de l'Argentin détourne le ballon de la main. Pénalty inévitable. Messi décide cette fois de se faire justice lui-même et d'une Panenka au centre triple la mise 0-3 (76') mettant un terme à la malédiction des pénalties qui touchaient le club Catalan ces derniers temps. L'issue de la partie ne faisant plus aucun doute, Luis Enrique surprend quelque peu son monde en réalisant en même temps ses trois changements: Arda, Piqué et Busquets laissent place à Sergi Roberto, Vermaelen et Bartra. Màscherano descend d'un cran mais l'Argentin coupable d'une grossière faute sur Sergi Enrich Ametller est logiquement averti. Un carton jaune lourd de conséquence puisqu'El Jefecito sera suspendu lors de la réception de Getafe au Camp Nou le week-end prochain.

 

La fin de partie verra Messi tenter le tout pour le tout afin de faire marquer Luis Suàrez. Ce dernier muet depuis trois rencontres va finalement trouver la faille en allant chercher son but tout seul comme un grand. À la suite d'un long dégagement de Bravo, Sergi Roberto remet dans la course de l'Uruguayen qui met un petit pont à Capa dans la surface avant de placer un tir à ras de terre à bout portant qui ne laissera aucune chance à Asier Riesgo, le portier d'Eibar 0-4 (85'). Bien que privé de Neymar, le Barça a fait le travail en marquant deux buts par mi-temps pour conserver ses huit longueurs d'avance sur l'Atlético Madrid, son poursuivant immédiat (vainqueur 1-3 un peu plus tard dans la soirée sur la pelouse du FC Valence) en tête de la Liga.

 

Messi montre la route à suivre !

 

Avec le temps, on a usé de tous les adjectifs et louanges possibles pour d'écrire Lionel Messi mais l'Argentin continue à chaque sortie de susciter l'admiration du monde du football avec ses gestes techniques et ses chevauchés fantastiques. En quatre jours, après avoir réalisé un coup du chapeau face au Rayo, la Pulga en a remis une couche ce dimanche en marquant un authentique Golazo sur la pelouse d'Eibar. Sans jamais faire un break, le meilleur joueur de tous les temps continue de nous régaler mais surtout à montrer la voie à un FC Barcelone qui file tout droit vers un nouveau titre de champion d'Espagne. À l'ipurúa, les Culès ont enregistré un nouveau succès, le onzième de rang en Liga donnant sans doute le coup de grâce à ses adversaires dans cette course au sacre. À dix journées de la fin du championnat, les hommes de Luis Enrique comptent huit points d'avance sur les Colchoneros et douze sur le Real Madrid, respectivement seconds et troisièmes. Si les Blaugranas arrivent à garder cette intensité, le sacre pourrait arriver beaucoup plus tôt que prévu... Mais ce n'est pas encore le moment de faire des comptes sur la date de l'officialisation du titre. Pour l'instant, les Aficionados du Barça préfèrent savourer les buts de Luis Suàrez qui en est à 42 réalisations cette saison (toutes compétitions confondues) et les 100 tout rond de la MSN. Brutal comme on dit en Catalogne !

 

Le Tweet du match:

 

 

Statistiques clés !

 

22- comme le nombre de buts inscrits par Lionel Messi en 17 matchs toutes compétitions confondues depuis le début de cette année 2016. L'Argentin occupe la troisième place du classement Pichichi des meilleurs buteurs de la Liga.

 

100- Comme le nombre de buts inscrits cette saison par la MSN entre Messi, Suàrez et Neymar Jr.

 

36- Le nouveau record d'invincibilité toutes compétitions confondues d'une équipe Espagnole battu la semaine dernière est toujours d'actualité pour le Barça qui tentera désormais d'égaler celui Européen détenu par la Juventus (42).

 

12- Comme le nombre de passes décisives de Luis Suàrez en championnat. Si l'international Uruguayen a perdu sa première place au classement des buteurs après le quadruplé de Cristiano Ronaldo lors de la victoire la veille du Real Madrid à domicile contre le Celta (7-1). Il peut se consoler avec cette première place de meilleur passeur de la Liga.

 

L'homme du match:

 

Lionel Messi: Depuis le début de cette année 2016, l'Argentin ne s'arrête plus de marquer. Deux nouveaux buts face à Eibar et une passe lumineuse pour Suàrez qui amènera l'ouverture du score de Munir. Pour l'arrêter, il faut user de fautes et parfois celles-ci sont punissables de carton jaune voir de pénalty. Impressionnant !

 

 

Le pire:

 

Borja Bastón: Il était l'homme à surveiller pour Barcelone compte tenu de ses seize réalisations en Liga. L'ancien attaquant de l'Atlético Madrid a touché 21 ballons (le pire du match) sans jamais inquiéter réellement Claudio Bravo. Piqué et Màscherano n'ont eu aucun souci à le museler.

 

La déclaration :

 

Javier Màscherano (Défenseur du FC Barcelona) : « Je pense que notre motivation est de continuer à être leader du classement avec un certain avantage, comme on peut l’avoir actuellement et le maintenir jusqu’à la fin. Il reste dix journées, nous voulons remporter la Liga. Il faut continuer de cette manière. Nous allons tenter de ne pas commettre d’erreurs pour que nos rivaux n’en profitent pas. Le rendement ne t’assure pas de pouvoir l’emporter. La limite entre gagner et perdre est très fine mais en jouant ainsi on se rapproche plus de la victoire. Le carton jaune ? C’était une action de deux contre un où nous avons pu couper le contre. Je n’ai pas cherché le carton, personne ne m’a dit de le faire mais dans le même temps c’est bien pour pouvoir se reposer. »

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Photos: Gettyimages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article