Artn'sport

Artn'sport

Artn'sport est un site d'actualité footballistique avec des analyses, des interviews et des reportages sur le sport professionnel comme amateur. Créé en octobre 2010, ce site est géré par de jeunes plumes qui pour la plupart, veulent devenir journaliste. Artn'sport, le sport pour vous chaque jour !

Ulrich Ramé : l’icône bordelaise, nouveau sauveur des Girondins ?

Ulrich Ramé : l’icône bordelaise, nouveau sauveur des Girondins ?

Lundi 14 mars 2016, plusieurs médias annoncent l’éviction de Willy Sagnol, jeune entraîneur certes, mais qui n’a pas su donner une âme à cette équipe girondine, limitée et polluée par des problèmes internes. Ulrich Ramé, accompagné d’Eric Bedouet, Pierre Espanol et Mathieu Chalmé, va tenter de réparer le navire et de remobiliser une équipe à l’agonie.

 

Sagnol : le constat d’un échec

 

La défaite au Stadium lors du Derby de la Garonne face à des toulousains relégables est celle de trop pour l’ex-coach des Girondins. Déjà sur un siège éjectable à cause de multiples humiliations encaissées (contre Saint-Etienne, Caen, Nice, Reims) et d’une qualité de jeu médiocre proposée sur le terrain, Sagnol a été démis de ses fonctions, l’équipe n’avançant plus. Certes, l’ancien latéral droit du Bayern Munich n’est pas l’unique responsable de cette saison compliquée : le manque de professionnalisme et d’implication des joueurs (tout en sachant que la plupart d’entre eux sont limités balle au pied ou en intelligence tactique) sont à mettre en évidence et sont des facteurs majeurs de la catastrophe que les supporters bordelais subissent.

 

Mais Willy Sagnol a aussi une bonne part de responsabilité, avec beaucoup trop de compositions tactiques différentes (en 88 compositions d’équipes sous l’ère Sagnol, il y en a eu 86 différentes !), pour certaines incohérentes ou incompréhensibles. Ses changements en plein match n’ont pas toujours été logiques, un exemple frappant, lors du match à domicile contre Nice. Il s’agit d’un match contre un concurrent direct pour les Girondins un mois plus tôt, et la victoire est bien évidemment la bienvenue pour accrocher les places européennes. Le déroulement du match fait qu’il y a 0-0 à 15 min de la fin, et Willy Sagnol au lieu de tenter d’arracher les 3 points, ne veut pas prendre de risque, et sort Ounas, élément offensif, pour la rentrée de Traoré, un récupérateur. Conséquence, le score ne bouge pas et le nul n’arrange personne, alors qu’il fallait plus attaquer, pousser pour obtenir une victoire. Ainsi, aucune stabilité et identité de jeu claire : la preuve par le jeu très pauvre proposé par les joueurs, en plus de leurs déchets techniques indignes au plus niveau. Bordeaux est aujourd’hui à la 14ème place, et n’a que 5 points d’avance sur le premier relégable, le Gazélec Ajaccio. De plus, les marines et blancs sont déjà éliminés des coupes nationales, accompagnée d’une élimination désastreuse en Europa League, dans une poule loin d’être monstrueuse (Liverpool, FC Sion et Rubin Kazan).

 

 

Ulrich Ramé : l’espoir d’un renouveau ?

 

Alors, le changement c’est maintenant et le club décide de remplacer Sagnol par Ulrich Ramé, un personnage très important au club. Titulaire d’un diplôme d’entraîneur, il peut exercer le métier de coach mais n’a eu aucune expérience. En effet, depuis 2014, jusqu’au limogeage de Willy Sagnol, l’ex-portier des Girondins occupait juste le poste de directeur de la performance. Désormais, il est propulsé à un poste de très haute responsabilité, qui plus est, dans une situation très critique. Néanmoins, son investiture peut régler certains problèmes rongeant l’équipe puisqu’il fait partie des joueurs qui ont marqué l’histoire de ce club, et a donc une certaine légitimité.

 

Avant son arrivée à Bordeaux en 1997, Ramé débute sa carrière professionnelle à Angers, en 1992. Après 5 saisons dans le Maine-et-Loire, le natif de Nantes arrive en terre girondine. Jusqu’à 2011, Ramé a joué 525 matchs avec le maillot scapulaire et est un gardien emblématique du club, comme Dominique Dropsy (de 1984 à 1990). Titulaire indiscutable et capitaine, il invoque une certaine autorité et est respecté par le football français, à la fois par son statut et son palmarès aux Girondins : 2 titres de champion de France (1999 et 2009), 3 Coupes de la Ligue (2002, 2007 et 2009, bien qu’il n’a joué qu’en 2007) et un Trophée des Champions en 2008. On peut rajouter des récompenses individuelles puisqu’il a été récompensé 2 fois du trophée UNFP du meilleur gardien de Ligue 1 et 1 fois élu meilleur gardien français en 2007, par l’hebdomadaire France Football. Ulrich Ramé a également eu une expérience internationale, d’une part avec les Girondins avec 70 matchs disputés en compétition européenne (Ligue des Champions, Europa League), et d’autre part avec l’Equipe de France (12 sélections). Sa 1ère sélection se déroule le 9 juin 1999 lors d’un match éliminatoire pour l’Euro 2000, contre Andorre, victoire 1 à 0. Par ailleurs, il fait partie des vainqueurs de l’Euro 2000 et de la Coupe des Confédérations 2001 (dont il prend part à 3 rencontres, avec seulement 1 but encaissé, contre le Brésil). Ainsi, le CV d’Ulrich Ramé en tant que joueur est assez bien fourni.

 

Alors, est-ce qu’Ulrich Ramé va réussir ses débuts en tant qu’entraîneur ? Sera-t-il respecté par les joueurs ? Le prochain match contre Bastia est important pour bien débuter, d’autant plus que le mois d’avril sera difficile à négocier (déplacement à Monaco, à Marseille, réception du PSG). Ulrich Ramé est conscient qu’il est attendu au tournant et qu’une réaction rapide des joueurs est indispensable, en démontrant plus de choses d’un point de vue footballistique : « Les joueurs ont été très investis pendant la séance. La réponse du terrain est la seule qui m'intéresse. » . En conférence de presse, il n’hésite pas à mettre en avant sa détermination, en prenant son nouveau rôle comme une grosse mission : « J'ai passé 20 ans ici, vécu une situation aussi difficile en 2005. Je veux redonner ce que le club m'a donné. »

 

 

Des problèmes à résoudre au plus vite

 

Ramé est aujourd’hui face à une montagne et doit régler plusieurs problèmes, comme celui de remobiliser l’esprit du groupe. Ce n’est pas un hasard lorsqu’il dit clairement dans cette même conférence de presse : « Investissement, cohésion, performance et travail sont mes maîtres mots ». Le but est de retrouver cette cohésion collective qu’il n’y a pas sur le terrain et probablement pas non plus en dehors. En effet, l’exemple Bernardoni (arrivé en janvier) est frappant : aucun de ses coéquipiers se dévouent pour le ramener de l’entraînement et doit se débrouiller par ses propres moyens, prouvant des problèmes d’intégrations au sein du groupe. La cohésion d’un groupe est primordiale pour que règne une bonne ambiance de travail et qu’il y ait une bonne mentalité. Ramé est conscient qu’il faut régler cela pour engager ce renouveau : « L’idée, c’est d’insuffler plus de vie mais aussi de la stabilité. Resserrer le groupe ? C’est envisageable. Tactiquement, j’ai une petite idée de ce qu’on veut faire. »

 

L’arrivée de Ramé va permettre d’apaiser les tensions internes, puisque son prédécesseur était loin de s’entendre avec toutes les personnes servant le club, notamment Jérôme Bonnissel. L’ex-recruteur des Girondins « en désaccord avec la politique du club », quitte alors la cellule de recrutement, en particulier à cause de Sagnol, avec qui les relations étaient très tendues. Contrairement à l’ancien joueur du Bayern, Ramé connaît parfaitement la maison et est plutôt apprécié, ce qui peut permettre de travailler dans un environnement plus calme et plus serein. Concernant la composition du staff, le nouveau coach ne s’est pas entouré avec n’importe qui, privilégiant des éléments cadres au sein du club, autour de lui : « J'ai choisi Pierre et Matthieu pour leur vécu, leur compétence, leur complémentarité et leur vision du club ». Il s’agit d’abord de Pierre Espanol, un ex-joueur de Toulouse, qui a intégré l’encadrement des Girondins de Bordeaux depuis l’été 2006, après une expérience d’entraîneur-adjoint avec Dominique Bijotat à Ajaccio puis à Sochaux. Durant ses 10 années au club, Espanol a occupé la fonction de recruteur et d’éducateur au centre de formation, ainsi, il connaît bien le club. L’autre personne mentionnée est Matthieu Chalmé, le local par excellence et un des artisans de la belle période girondine sous l’ère Blanc avec ses belles montées dans son côté droit. Il a joué aux Girondins de 2007 à 2014, avec 167 matchs au compteur, notamment en Ligue des Champions et a également été formé dans ce même club de 1997 à 2000. Forcément, Ulrich Ramé n’a pas choisi ces 2 personnes par hasard, surtout Chalmé avec qui il a joué.

 

 

Enfin, Ramé a un défi de taille à élucider : faire des Girondins de Bordeaux, une équipe qui joue bien au football et qui remonte au classement. Ramé dans tous les cas est prêt à faire face à ce défi que Sagnol n’a pas su réussir : « Le système de jeu ? On va travailler cette semaine. J'ai une idée mais la semaine sera longue. » Nul ne sait si Ramé est juste dans un poste d’intérimaire jusqu’à la fin de la saison (le club visant Marcelo Gallardo l’actuel entraîneur de River Plante ou Marc Wilmots, sélectionneur de la Belgique) ou rempilera pour la prochaine saison. Du moins, le nouveau coach est véritablement concentré sur ce qu’il doit accomplir, que ça soit pour 8 matchs ou plus : « La question du coach de la saison prochaine se posera mais ce n'est pas la priorité immédiate. » Mais dans tous les cas, cette fin de saison doit permettre l’élaboration d’une nouvelle base pour les Girondins, pour peut-être une spirale positive.

 

Raphael Benbouhou

Photos: Gettyimages/Site Girondins

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article