Artn'sport

Artn'sport

Artn'sport est un site d'actualité footballistique avec des analyses, des interviews et des reportages sur le sport professionnel comme amateur. Créé en octobre 2010, ce site est géré par de jeunes plumes qui pour la plupart, veulent devenir journaliste. Artn'sport, le sport pour vous chaque jour !

Riechedly Bazoer : le grand espoir néerlandais ?

Riechedly Bazoer : le grand espoir néerlandais ?

Bazoer : ce nom est employé de plus en plus fréquemment. A seulement 19 ans, le jeune milieu de terrain, titulaire indiscutable à l’Ajax Amsterdam cette saison possède déjà beaucoup de qualités et un talent au-dessus de la moyenne. Convoité par de grosses écuries européennes, notamment le FC Barcelone, le jeune Riechedly a un avenir prospère devant lui pour effectuer une belle carrière comme ses prédécesseurs Ajacides.

 

Un grand parcours au niveau national

 

Riechedly naît à Utrecht le 12 octobre 1996, et c’est ici qu’il tape ses premiers ballons, plus précisément à l’USV Elinkwijk, en 2005 et 2006. Puis, à 10 ans, il va en direction de l’un des plus grands clubs du pays, le PSV Eindhoven. Il évolue pendant 6 ans dans le centre de formation du PSV et suscite déjà l’intérêt de clubs anglais comme Arsenal, Chelsea ou Manchester City. Mais le joueur (probablement aidé par son entourage) préfère rester au pays et arrive à l’Ajax Amsterdam en 2012 gratuitement. Son talent dès le plus jeune âge ne passe pas inaperçu, et il côtoie toutes les catégories jeunes de la sélection néerlandaise (les U15, les U16, U17, U19 et les Espoirs). Pourtant, sa présence avec les pros commencent qu’à partir de la saison suivante, en 2013-2014, lorsqu’il est retenu par Frank De Boer dans la liste des joueurs qui disputent la Ligue des Champions. Toutefois, il ne dispute pas un match en Eredivise puisqu’il joue avec l’équipe réserve. C’est donc à partir de la saison 2014-2015 qu’il joue en Eredivise, en prenant part à 17 matchs de championnat et inscrit même 1 but, contre Twente le 15 février 2015. Il participe lors de cette même saison à 4 rencontres en Europa League et marque 1 but contre le Legia Varsovie.

 

C’est à partir de cette saison 2015-2016 que Frank de Boer le titularise régulièrement, au point d’être incontournable. Ainsi, le jeune Bazoer forme aujourd’hui le milieu Ajacide, complété par 2 autres jeunes, Klaasen et Gudelj. Avec 5 buts marqués et 4 passes décisives, Bazoer est en train de passer un cap, en plus de ses qualités et de ce qu’il produit sur le terrain, puisque ça lui a valu une présence avec l’équipe nationale des Pays-Bas, notamment lors de la dernière trêve internationale. Il est ainsi rentré en cours de jeu face à la France et quelques jours plus tard, il est titularisé à Wembley contre l’Angleterre et joue 80 minutes. Et évidemment, de gros clubs européens font les yeux doux sur le joueur originaire de Curaçao.

 

 

Un joueur complet

 

A seulement 19 ans, Bazoer possède déjà une très bonne maîtrise technique, des qualités de dribbles remarquables (qu’il efface souvent son vis-à-vis avec une facilité déconcertante) et est également capable de gratter beaucoup de ballon. Par ailleurs, ses passes au sol ou ses ouvertures pour ses camarades de devant sont d’une bonne qualité et font parfois la différence, que ce soit depuis le côté gauche, droit, ou même dans l’axe. Alors, cela permet de nous faire constater qu’en plus de cette facilité à exécuter ses gestes ou passes, il lit très bien le jeu et sait prendre les bonnes décisions. Autre point, il a aussi cette capacité à marquer un but par une frappe lointaine, par exemple lors du De Klassieker lorsqu’il marque le but victorieux en faveur de son équipe face au Feyenoord (2-1), d’une belle frappe en extérieur, à l’entrée de la surface.

 

Avec ses qualités offensives et défensives, capable de casser les lignes ou stopper l’adversaire, Bazoer a toute la panoplie nécessaire pour s’imposer au plus haut niveau. Sa marge de progression est encore importante, surtout lorsqu’on grandit dans un club réputé pour sa formation et prestigieux comme l’Ajax. L’actuel joueur du club de la capitale hollandaise, par ce profil de joueur « complet » est comparé à un certain Patrick Vieira, ce qui est un compliment quand on sait ce qu’était l’ancien Bleu à Arsenal pendant 9 ans. En tout cas, le jeune Batave est un diamant à polir lorsqu’on s’aperçoit de son potentiel.

 

 

Dans la lignée de ses prédécesseurs

 

Bazoer pourrait s’inscrire dans la lignée de ses prédécesseurs qui sont passés à l’école de l’Ajax Amsterdam. Son talent de base, avec une progression importante peut faire de lui un très grand milieu. La précocité de ce grand espoir la précipite déjà dans les projecteurs, ce qui était le cas de certains grands joueurs de l’Ajax (et de l’histoire du football) qui ont eux aussi débuté très tôt et éclot rapidement. C’est le cas de Cruyff qui a fait ses débuts à l’Ajax à 17 ans (comme Rijkaard 1 décennie plus tard) et se fait véritablement remarquer la saison suivante. Ruud Krol (un des plus grands arrière gauche de tout les temps) débute avec les titulaires de l’équipe professionnelle et également en sélection nationale à partir de 20 ans. Autre exemple frappant, Marco Van Basten joue son premier match d’Eredivise avec l’Ajax à 17 ans et connaît sa première sélection avec les Pays-Bas à 19 ans, alors qu’il plante déjà but sur but. Dennis Bergkamp lui aussi, entame sa première en club à 17 ans lancé par Johan Cruyff, et sa première sélection se déroule à l’âge de 21 ans. Quant aux joueurs issus de la génération des années 1970, avec ceux qui ont représenté la génération dorée de l’Ajax des années 1990 (vainqueur de la Ligue des champions en 1995) comme Edgar Davids, Patrick Kluivert ou Clarence Seedorf, on peut faire le même constat concernant cette précocité, bien aidé à la fois par leurs qualités individuelles et leur coach, Louis Van Gaal. En effet, Kluivert et Davids ont commencé avec la A à leurs 18 ans, alors que Seedorf a joué un match avec les professionnels à partir de 16 ans (il est alors le plus jeune joueur de l’Ajax, en 1992, à débuter un match en Eredivise). Ces trois phénomènes ont chacun connu leur première joie avec le maillot Oranje en 1994, soit à 18 ans pour Seedorf et Kluivert et à 21 ans pour le Piranha.

 

La comparaison avec ces grands champions et Bazoer au sujet de cette précocité peut se tenir puisque ce dernier a débuté avec l’équipe première de l’Ajax à partir de 17 ans et les Pays-Bas à 19 ans, puisqu’il connaît sa première sélection le 13 novembre 2015, face aux Pays de Galles. Le natif d’Utrecht est alors dans les mêmes bases que certains joueurs majeurs de l’histoire du football néerlandais, ou carrément des légendes. Le contexte actuel qui règne avec une sélection qui régresse est peut-être le moment parfait pour que Bazoer se distingue au niveau international. En effet, il a les capacités pour prouver concrètement que son potentiel est réel et qu’il peut devenir un très grand joueur en devenant un élément important dans une sélection qui a besoin d’un nouveau souffle, après avoir acquis sa place de titulaire en club. Toutefois, il faut rester prudent puisque certains joueurs que les observateurs annonçaient comme de futurs ballon d’or n’ont pas été à la hauteur des attentes comme Bojan Krkic, Quaresma ou Robinho. On peut déjà se poser des questions : lorsque Bazoer quittera l’Ajax, est-ce qu’il arrivera à gérer la transition Eredivise-Liga ou Eredivise-Premier League ? (Il y a déjà le cas Depay en mémoire). Est-ce que Bazoer pourra surmonter la pression lors de très grands matchs en Ligue des Champions, lors de chocs en championnat (peut-être un jour un Clasico) ou un match à élimination direct en Coupe du Monde ? Ça sera à ce talent de répondre à ces interrogations en argumentant sur le terrain.

 

 

Bazoer, celui qui incarnera le renouveau des Oranjes ?

 

La sélection néerlandaise est en difficulté actuellement. Pourtant, après sa très belle troisième place en Coupe du Monde 2014, le départ de Louis Van Gaal change beaucoup de paramètres et les Pays-Bas s’effondrent en phase éliminatoire pour l’Euro 2016. Pourtant, une nouvelle formule a lieu, où le nombre de participants à l’Euro s’est élargi : les 2 premiers de la poule se qualifient directement à l’Euro et le 3ème a un ticket pour les barrages ou peut se qualifier directement (en effet, la Turquie en ayant terminé 3ème s’est qualifié à l’Euro sans passer par la case barrage). Dans un système qui devrait faciliter l’accession à l’Euro des plus grosses nations du football, les Pays-Bas ont échoué à la 4ème place avec seulement 13 points, derrière l’Islande, la République Tchèque et la Turquie. Autant le dire, c’est un véritable fiasco et l’équipe dirigée par Danny Blind doit se reconstruire autour d’une nouvelle génération et tourner la page. C’est par sa jeunesse représentée par Bazoer, Klaasen, Janssen ou Davy Pröpper que les Pays-Bas devront se relever au plus vite pour préparer les qualifications à la Coupe du Monde 2018. Ça serait impensable qu’un pays aussi important dans le paysage du football comme les Pays-Bas loupe une 2ème compétition internationale de suite. On évoque quand même l’ADN du football total par l’intermédiaire de Rinus Michels et Cruyff, un pays qui a fait naître de grands joueurs, qu’il soit des années 70, 90, 2000 voire plus récemment comme Robben, Sneijder.

 

Alors, Bazoer peut clairement devenir un des joueurs majeurs de la sélection néerlandaise à l’avenir, et peut-être, celui qui les mènera aux sommets en 2018. En tout cas, des joueurs comme Cruyff, Davids, Overmars, Bergkamp, Van Nistelrooy ou Robben pour ne citer qu’eux, n’ont pas réussi à glaner un titre international pour leur pays, alors que leur sélection, notamment dans les années 70 ou celle de la fin des années 90 avait les joueurs pour remporter une Coupe du Monde. Avec seulement un Euro gagné en 1988 (avec Gullit, Rijkaard, Van Basten et l’immense Rinus Michels en sélectionneur), les Oranjes attendent encore un autre titre majeur, en particulier la Coupe du Monde (3 finales perdues en 1974, 1978 et 2010). 2018 sera forcément noté dans l’agenda hollandais, et peut-être, les Pays-Bas surprendront comme en 2014 quand le monde du football ne les attendait pas aussi loin, avec à la baguette Bazoer ? Il est certain que le football néerlandais devra compter sur lui pour remonter la pente.

 

Raphael Benbouhou

Photos: Gettyimages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article