Artn'sport

Artn'sport

Artn'sport est un site d'actualité footballistique avec des analyses, des interviews et des reportages sur le sport professionnel comme amateur. Créé en octobre 2010, ce site est géré par de jeunes plumes qui pour la plupart, veulent devenir journaliste. Artn'sport, le sport pour vous chaque jour !

Coppa Italia 2015/2016 | AC Milan 0-1 Juventus : Morata offre la coupe à la vieille dame !

Coppa Italia 2015/2016 | AC Milan 0-1 Juventus : Morata offre la coupe à la vieille dame !

L'Espagnol, entré en jeu lors de la prolongation (108') met deux petites minutes pour marquer l’unique but de cette partie. Une réalisation précieuse qui offre la Coupe d’Italie (1-0) aux Bianconeri face à une formation Milanaise qui aura pourtant réalisé l’une de ses meilleures prestations de la saison. Onzième victoire dans la compétition [record] pour les Piémontais, qui deviennent également les premiers à réaliser le doublé deux années de suite. Les Rossoneri eux ne verront pas l'Europe pour la troisième saison consécutive. Ce seront les Neroverdi de Sassuolo qui joueront le tour préliminaire de la Ligue Europa.

 

Depuis 2003, Milan et la Juventus ne s’étaient plus affrontés dans une finale. Cette année là, ils s’étaient même rencontrés à deux reprises. Tout d'abord en finale de la Ligue des Champions à Manchester, puis en Super Coupe d'Italie à East Rutherford (New Jersey, États-Unis). Les deux matches s’étaient conclus aux tirs au but. Le premier a souri aux Rossoneri, le second à la Vieille Dame. Cette même saison, Sassuolo était relégué en Serie D après avoir perdu le playout de C2 contre la formation d’Imolese. À la fin, les Neroverdi ont été finalement sauvés par un repêchage qui donna par la suite lieu à l’incroyable montée jusqu’à l’élite avant l’historique qualification Européenne de ce weekend. Un rêve devenu réalité ce samedi soir, grâce à un petit gamin qui, en 2003, âgé de neuf ans seulement faisait ses premiers pas dans les équipes de jeunes du Real Madrid CF.

 

Il s’agit, vous l’aurez compris d’Álvaro Morata, l'homme de la destinée de la Juventus. Il fait son apparition sur la pelouse du stadio Olimpico de Rome à la 108ème minute dans une finale de Coupe Italie jusque là bloquée (0-0) et décide du sort de cette partie en signant l’unique but de cette finalissima, deux minutes seulement après son incorporation. L'attaquant Madrilène punit l’AC Milan, auteur pourtant de sa meilleure prestation cette année. Les Rossoneri ne verront pas l'Europe pour la troisième année consécutive. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Sassuolo vivra l’expérience d’une première participation historique en Ligue Europa. Si le natif de Madrid a fait indirectement le bonheur des Émiliens d’Eusebio Di Francesco, il a surtout permis à la Juventus de se sortir d’une situation bien compliquée. Apathique avant les entrées en jeu d’Alex Sandro et de Cuadrado en seconde mi-temps, la Vecchia signora avait encore besoin du killer instinct de son baroudeur Ibérique. L'homme qui offre à Massimiliano Allegri son deuxième doublé consécutif : Scudetto-Coppa Italia. Un exploit jamais réalisé auparavant dans toute l’histoire du football Italien. Onzième Coupe Nationale de la Juventus. Selon toute vraisemblance, son dernier cadeau pour les tifosi de la fidanzata d'Italia.

 

 

AC Milan 0-1 Juventus : Le film du match :

 

Allegri avait promis des surprises au milieu de terrain, mais en réalité, il met Hernanes devant la défense et Lemina comme prévu en soutien. La qualité dans l’entre jeu, cependant laisse à désirer et le Milan AC commence à prendre le contrôle du match avec des latéraux soutenu constamment par le duo Honda-Bonaventura qui évoluent très haut. La première période - et surtout la première demi-heure – résument parfaitement l’inattendue suprématie Rossonera. Bonaventura rate le plus facile en dilapidant deux bonnes opportunités (8 ',13') et il est même le premier à inquiéter Neto (24'), tandis que De Sciglio (23'), Poli (39') et Honda (43') voient leurs tentatives en dehors de la surface de vérité fuir largement le cadre. Pour sa part, la Juventus se fait remarquer à deux occasions seulement. A la huitième minute quand Pogba est déséquilibré dans les dix-huit mètres par Calabria (contact suspect), et à la 34', lorsque Zapata anticipe tout son monde sur l’une des rares échappées de Lichtsteiner sur son couloir droit.

 

De retour des vestiaires, la Juventus offre un bien meilleur visage. Mais, pour réveiller l'équipe après deux autres tentatives Rossonere signées (De Sciglio 48' et Kucka 61'), la vecchia signora avait besoin d'un changement. Allegri s’exécute en sortant Patrice Evra (le latéral Français était dominé jusqu'alors par Calabria) et lance Alex Sandro (61'). Les Bianconeri repartent à l’assaut des buts adverses et Pogba teste les réflexes de Donnarumma à deux reprises (69 'et 80'). Cuadrado remplace Lichtsteiner (75') pour apporter de la vitesse sur les flancs. Brocchi, le coach Milanais incorpore Niang en lieu et place d’un Poli émoussé (84'). Le match, cependant n’offre aucune nouveauté et la prolongation est donc inévitable. Dans le premier quart d’heure de l’extra time, il ne se passe strictement rien à l’exception peut-être de ce tir vicieux de Pogba qui profite d’un ballon perdu par Montolivo pour faire de nouveau briller Donnarumma (103'). Une minute plus tard, Bacca tente un retourné acrobatique après qu’Alex Sandro lui ait remis involontairement le cuir mais l’essai de l’attaquant Colombien passe au dessus de la transversale de Neto. Le pic émotionnel, toutefois, arrive à la 110' lorsque Morata qui avait remplacé deux minutes auparavant un fantomatique Hernanes profitait d’un centre parfait de Cuadrado pour libérer son équipe en ouvrant magnifiquement la marque. Sur son premier ballon, l'Espagnol donne raison à son entraîneur de lui avoir fait confiance. Alerté par Lemina, Cuadrado est à l'angle droit de la surface et déclenche un bon centre enroulé vers la gauche que Morata reprend d'une demi-volée du plat du pied droit. Brocchi joue ses dernières cartes en lançant Balotelli, l’AC Milan réclame un pénalty mais Gianluca Rocchi, l’arbitre de cette rencontre ne se fera par berner par la simulation grossière de Honda (116 '). Une action qui fera enrager Giorgio Chiellini qui sera d’ailleurs averti pour contestation après avoir réclamé un avertissement contre le Japonais pour simulation. La Coupe d'Italie revient pour la onzième fois à la Juventus. Milan, pour la troisième année consécutive ne verra pas l'Europe.

 

 

Le cadeau d‘adieu de Morata !

 

La Coupe, il l’emmènera avec lui, à Madrid. Ce succès porte sa maque. Son nom ? Álvaro Morata. Álvaro, avec l'accent sur le premier A, à l'espagnol. Ce trophée ira avec lui dans ses valises, direction la capitale Ibérique et le Real Madrid. La casa Blanca va lever selon les dernières indiscrétions son option d’achat en payant les trente millions. Alors qui sait, peut-être qu'il va jouer ailleurs et qu’il ne portera même pas la camiceta blanca. La Juve va gagner dans cette transaction une dizaine de millions (il avait été recruté y’a trois ans pour environ 20 millions €). Morata lui va quitter la capitale du Piémont les souvenirs pleins la tête et surtout avec un palmarès bien garni : deux Scudetti, deux Coupes d'Italie, une finale de Champions League joué comme étant le meilleur buteur de l’aventure Bianconera. Ainsi, ce garçon était seulement de passage et va maintenant abandonner le club qui a cru en lui. ‘’Sa’’ Juve après deux ans seulement? Au Real d’en décider, la Juventus ne peut que regarder et penser aux merveilleux moments vécus ensemble.

 

Allegri, cette année l’a fait pourtant souffrir (plus que ses peines d'amour, apparemment ...), en ne le considérant plus titulaire à part entière comme ce fut le cas l'an dernier. Il faut dire que pour Álvaro, la concurrence était rude avec Mandžukić est Dybala. Mais quand il a eu sa chance, l'Espagnol a souvent répondu présent, marquant au passage un total de douze réalisations toutes compétitions confondues, et pas des moindres. Dans ces douze buts, il y a celui de ce samedi contre l'AC Milan en finale, une banderille qui vaut son pesant d’or. Un instant de gloire: il rentre sur le terrain à la 108ème et marque à la 110ème. Deux minutes seulement et quelques ballons touchés, y compris celui qui a fait secouer les filets du pauvre Donnarumma. Un but qui sauve la Juve d'une belle déconvenue, car dans ce match, le Milan AC a montré plu de choses en y mettant notamment du cœur bien qu’étant au niveau technique inférieur à la Juventus. Dans une telle soirée, il y avait besoin de la patte d’un champion pour basculer la partie. Oui, Morata est un champion. Allegri le salut et le remercie: il devient grâce à lui le premier entraîneur Italien à remporter la Scudetto et la coupe d’Italie deux années de suite, enterrant et prenant au passage une nouvelle vengeance sur son ancien club de l’AC Milan (qui pour la troisième saison ne verra pas l'Europe). Une formation qui il y a deux ans l’avait viré comme un mal propre. Massimiliano n’a pas oublié et en plus de faire le bonheur des Bianconeri, il offre à Sassuolo, un club qu’il avait fait monter en Serie B et où il est toujours très apprécié contrairement à la Lombardie une historique qualification en Ligue Europa même si ce sera qu’un tour préliminaire. Et le but (du probable) au revoir, comme nous le disions à fait beaucoup d’heureux. Merci Morata, hurle à l’unisson Turin, tu en valais sacrément la peine.

 

Le tweet du match:

 

 

Statistique clé :

 

Deux petites minutes sur le terrain ont suffit à Morata pour faire tout ce que les 27 autres acteurs présents sur la pelouse ont été incapables de réaliser en 105 minutes à savoir marquer.

 

L’homme du match :

 

Álvaro Morata : Un ballon touché, un but: les stigmates du fuoriclasse absolu pour le garçon sevré et ignoré par le Real Madrid, son club formateur. La Casa Blanca pourrait bientôt le récupérer afin de le céder au plus offrant. Quand on dit "Born Ready": même pas le temps d’apprivoiser la pelouse qu’Álvaro trouve la bonne coordination pour inscrire le but victorieux. Il a marqué dans tous les matchs les plus importants de la campagne Européenne de la Juve la saison écoulée. Il a récidivé ce samedi soir en déposant son autographe sur le deuxième doublé consécutif de son équipe. El rey de Torino !

 

 

Le pire :

 

Hernanes : Il profeta a comme souvent été inconsistant et pas du tout décisif. Submergé par le milieu de terrain des Rossoneri, il court au large dans le vide sans être en mesure de prendre en main le jeu de la Juventus. Inévitablement, il est le symbole de la contre-performance Bianconera. Il sort et la vieille dame résout la pratique: un hasard?

 

La déclaration :

 

Álvaro Morata (Attaquant de la Juventus) : « Je suis très heureux pour ce match. C’est un autre Scudetto et une nouvelle coupe pour la Juventus. Mes amis m’ont dit que si je venais à jouer, je marquerais. Si toutes les finales pouvaient se terminer de la sorte, ce serait super. Dans les tribunes, ils étaient tous là avec mon père, mais aussi ma petite amie. Depuis que je suis avec elle, sur la pelouse, je me sens un autre homme. On doit rendre hommage à nos adversaires qui ont réalisé un grand match. Ils nous ont rendu la vie difficile. Le dernier match de la saison? Non, parce que maintenant je vais disputer l’Euro avec mon pays. Je ne peux pas encore penser à mon avenir, je dois profiter de l'instant. »

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Photos: Gettyimages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

calcioveneto 14/09/2017 15:11

superbe article sur cette journée du calcio