Artn'sport

Artn'sport

Artn'sport est un site d'actualité footballistique avec des analyses, des interviews et des reportages sur le sport professionnel comme amateur. Créé en octobre 2010, ce site est géré par de jeunes plumes qui pour la plupart, veulent devenir journaliste. Artn'sport, le sport pour vous chaque jour !

FC Séville-Bilbao 2-0 : Séville qui sourit, Bilbao par verni !

FC Séville-Bilbao 2-0 : Séville qui sourit, Bilbao par verni !

Sanchez-Pizjuan a pu voir de nouveau son équipe favorite triompher et enchaîner à domicile contre des Basques qui n’ont pas su tromper le jeune Sergio Rico. Le réalisme sévillan est redoutable et a fait la différence. Ainsi, cela permet à Séville de doubler son adversaire du soir et de se positionner convenablement pour les places européennes. Cependant, le match a quand même été gâché par un mauvais arbitrage.

 

En cette belle fin de journée après une nouvelle démonstration footballistique de la part du Barça, le football espagnol continue de mettre en avant du beau football avec une très belle affiche. Il s’agit du FC Séville 9ème de Liga qui a enchaîné les résultats, du 29 novembre jusqu’au 3 janvier, lorsque leur invincibilité prend fin à Grenade (2-1). Mais à domicile, Sanchez-Pizjuan est une forteresse quasiment imprenable, les andalous n’ont perdu que 2 fois en Liga à domicile (Atlético et Celta Vigo) et il faut remonter au 20 septembre 2015 (Celta Vigo, 1-2) pour voir la dernière défaite à domicile de Séville en championnat. Toutes compétitions confondues, on peut rajouter 1 revers, contre Manchester City, toute dernière défaite à domicile actuellement de Séville, le 3 novembre 2015, sous le score de 1-3. De plus, des équipes comme Barcelone, Real Madrid, Juventus Turin ou Valence ont abdiqué en terre andalouse. La tâche s’annonce donc très compliquée pour l’Athletic Bilbao, 6ème de Liga. Mais les Basques sont dans une forme étincelante, avec 4 victoires en 5 matchs, dont une prestigieuse victoire aux Balaidos, chez les Galiciens du Celta Vigo. De plus, les Basques sont loin d’être mauvais à l’extérieur. La dernière défaite de Bilbao remonte au 13 décembre, contre l’Atlético Madrid à Vincente Calderon. Ce match entre deux équipes ambitieuses visant toujours les places européennes, avec des joueurs de qualité, et leurs formes actuelles, dans une enceinte chauffée à bloque promet beaucoup de choses.

 

Les deux équipes évoluent en 4-2-3-1 sans surprise, chez les sévillans on peut constater quasiment la présence de tous les titulaires habituels, même si Konoplyanka a débuté le match sur le banc. A Bilbao, pas de surprises non plus, les joueurs cadres sont là comme Aduriz, Raul Garcia, Benat ou San José pour ne citer qu’eux.

 

 

Les premières minutes sont véritablement à l’avantage des Basques. Première occasion nette à la 6ème minute, à la suite d’un coup franc renvoyé par la défense sévillane, Lekue surgit à l’entrée de surface et frappe directement au but. Le ballon heurte violemment la barre transversale de Sergio Rico battu, première grosse alerte pour Séville. Deuxième opportunité pour Bilbao 4 minutes plus tard, encore à la suite d’un coup franc indirect tiré par Benat, le ballon arrive sur la tête de Raul Garcia qui se dirige juste en dessous de la barre transversale, obligeant Sergio Rico a réalisé une grande parade. Mais Garcia a été signalé en position de hors-jeu, et on peut dire, bien piégé par l’excellent alignement de Séville qui a réalisé correctement ce piège du hors-jeu. A la 23ème minute, Séville punit Bilbao sur sa seule occasion et plus précisément, sur leur seule frappe en 1ère période ! Une longue passe provenant de l’entrejeu arrive sur Gameiro, il dévie avec spontanéité pour Vitolo, dont ce dernier en deux touches de balles, s’emmène le ballon et passe en plein l’axe, dans l’espace pour le français. Celui-ci avec sa course prend le dessus sur Laporte et Gurpegi dépassés et bat Iraizoz très proprement d’une petite frappe croisée du gauche direct. Le public explose et peut chanter haut et fort : « Vamos mi Sevilla, Vamos campeon ! ». Puis, la poisse s’abat sur l’Athletic, perdant juste avant la demi-heure de jeu, l’indispensable Raul Garcia. Vitolo en tentant de récupérer le ballon écrase violemment le joueur de Bilbao qui doit alors sortir à la 31ème minute, victime d’une blessure au genou. Par la suite, Bilbao a d’autres opportunités comme une frappe d’Inaki Williams ou une tentative d’Aduriz juste avant le coup de sifflet de l’arbitre ne sont pas cadrées. A la pause, Séville peut s’estimer heureux de mener, en ayant frappé seulement 1 fois contre 7 pour les Basques (mais seulement 2 cadrés). La possession est équilibrée même si Bilbao a pris plus le dessus sur Séville dans le jeu.

 

La seconde période va voir Séville s’exprimer plus, peut-être aidé par la sortie sur blessure de Raul Garcia dont son absence peut se faire ressentir sur le terrain. La possession du ballon reste très équilibrée. Avec plus d’activité, Séville semble toujours dans un mauvais jour, à l’image de passes ratées ou d’imperfections techniques. A la 52ème minute, Aduriz, l’attaquant vedette de Bilbao reçoit un carton jaune pour contestation. Cela peut paraître dérisoire, mais cela à une conséquence puisqu’il sera suspendu pour le match contre le FC Barcelone. Mais un autre moment fort arrive à la 57ème minute de jeu, au détriment des hommes de Valverde, puisqu’un pénalty imaginaire est accordé à Séville. Krychowiak s’infiltre dans la surface côté droit en passant Laporte, et l’international polonais veut centrer. Mais sans faire exprès, il loupe le ballon et heurte la surface du terrain avec son pied droit, ce qui le fait tomber à terre. L’arbitre Prieto Iglesias à vitesse réelle ne le voit pas et pense à un contact de Laporte juste derrière lui. Cette énorme erreur d’arbitrage est une nouvelle fois un signe de malchance pour les Basques, et elle est conséquente puisque Gameiro transforme le pénalty en mettant à contre-pied Iraizoz, parti à sa gauche. L’attaquant français grâce à ce doublé en est à 9 buts inscrits en Liga. Bilbao doit vite réagir et essayer de réduire le score, Valverde fait rentrer Muniain, Lekue sort. Gameiro aurait pu inscrire un triplé en se présentant en face-à-face en angle fermé, mais Iraizoz s’impose en gardant bien son angle. Les Basques ont moins d’occasions qu’en 1ère période, et ne parviendront pas à revenir pas dans le match.

 

 

Grâce à cette victoire, Séville remonte à la 6ème place avec 29 points en doublant son adversaire du soir et profitant au passage de la défaite du Deportivo au Santiago Bernabeu contre le Real Madrid. Fin de soirée cauchemardesque pour Bilbao, qui, en plus d’une défaite non méritée, n’aura pas Raul Garcia et Aduriz au Camp Nou pour affronter le Barça. Bilbao sera amputé de deux joueurs majeurs, ce qui rendra la tâche encore plus compliqué pour gêner le Barça la semaine prochaine.

 

Le moment le plus important du match en tout cas est bel et bien le pénalty accordé illogiquement à Séville, et qui tue le match en quelque sorte. Gurpegui notamment a déclaré juste après le coup de sifflet final : « Le pénalty nous a fait beaucoup de mal. Il y a un trou dans la pelouse. Je pense que Krychowiak a touché le sol ».

 

Raphael Benbouhou

Photos: Twitter clubs

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article