Artn'sport

Artn'sport

Artn'sport est un site d'actualité footballistique avec des analyses, des interviews et des reportages sur le sport professionnel comme amateur. Créé en octobre 2010, ce site est géré par de jeunes plumes qui pour la plupart, veulent devenir journaliste. Artn'sport, le sport pour vous chaque jour !

Liga BBVA (J33) | FC Barcelone 1-2 Valencia CF : Le roi est mort. Vive le roi !

Liga BBVA (J33) | FC Barcelone 1-2 Valencia CF : Le roi est mort. Vive le roi !

Troisième défaite consécutive en championnat pour l'équipe de Luis Enrique qui est ainsi rejointe au classement par les Colchoneros et aussi les Meringues qui suivent à -1. Le Barça est rentré aux vestiaires mené 0-2 dans la première moitié après un csc de Rakitić et une réalisation de Santi Mina. En seconde période, le but de Messi ne suffira pas pour stopper l’hémorragie d’une formation qui se trouve dans un coma éthylique.

 

Barcelone est en chute libre et tout le monde se pose aujourd’hui cette question : Qu’est-il arrivé à cette équipe qui il ya un mois à peine écrasait tout sur son passage ? Messi et ses compagnons essuient un troisième revers de rang en championnat. Cette fois, c’est Valence qui a prolongé la crise des Blaugranas en arrachant une improbable victoire devant un Camp Nou incrédule. Les locaux nonobstant la 500e banderille de la Pulga ont manqué de réalisme. Le principal protagoniste aura été le gardien Brésilien Diego Alves, qui a sauvé à plusieurs reprises sa formation prolongeant la tourmente et les maux sans fin de Luis Enrique dont l’équipe ne fait désormais plus peur à personne.

 

 

FC Barcelone 1-2 Valencia CF : Le film du match :

 

Le FC Barcelone est dans un état critique et sent que tout est en train de lui échapper à quelques journées du dénouement final de cette saison. Face à Valence, les jambes étaient lourdes voir tremblantes. Pourtant, le Club Azulgrana, quatre jours après son élimination en Champion’s League a tenté de s’appuyer sur son orgueil et sur le talent de Leo Messi pour maintenir sa candidature pour le titre de champion intacte. Sentant le souffle menaçant de l'Atlético et du Real Madrid. Les Catalans auraient mérité au moins un match nul, voir la victoire, mais une fois de plus, la défaite a frappé (1-2). Les champions d’Espagne en titre restent toutefois encore leaders grâce au goal average particulier. L’avenir semble pourtant si sombre du côté de la Catalogne.

 

Si Luis Enrique Martinez a défendu Dani Alves lors de la conférence de presse d’avant match (le Brésilien affublé d'une perruque et imitant sa compagne qui tente de le consoler avait beaucoup fait rire les internautes sur Instagram après l'élimination du Barça aux mains de l'Atlético Madrid en quarts de finale de Ligue des champions mais pas ses dirigeants.), il ne l’a pas inclus dans le onze de départ de cette partie. Ainsi, il lui a évité les sifflets du Camp Nou. Le polyvalent Sergi Roberto prenait donc la place du latéral Auriverde dans un onze de gala, coulé ou non qui semble être la seule préférence du technicien Asturien. Valence présente pour sa part peu de nouveautés, mais des choix significatifs car en se privant de Paco Alcacer. Pako Ayestarán, l’entraîneur Chè a ajouté un joueur en plus pour épauler Santi Mina pour construire une ligne de cinq milieux de terrain.

 

 

De bonnes sensations !

 

Dès les premières minutes, on note que le visage du Barça est bien plus ambitieux, plus incisif, plus dangereux que celui observé contre l'Atlético mercredi dernier en coupe d‘Europe. Ainsi, à la septième minute arrive la première occasion franche. Sur une jolie combinaison de la MSN, Messi enroule du gauche mais Diego Alves se détend brillamment. Le Barça retrouve un peu de son jeu en ce début de rencontre et la vitesse d'exécution dans les passes offre à Jordi Alba l’occasion de tenter une échappée sur son couloir gauche avant d’effectuer un centre que Luis Suárez pour quelques centimètres n’arrive pas à reprendre (11'). Sur l'action suivante, Messi trouve en profondeur Neymar Jr qui tente un lob sur le gardien de Valence qui smashe in extremis le ballon pour repousser de nouveau l’échéance.

 

Des efforts et une punition !

 

Au meilleur de la domination Catalane, Valence découvrait des fissures dans la défense Blaugrana. Après une balle récupère par Santi Mina, Enzo Pérez trouve le moyen de filtrer une passe lumineuse en direction de Rodrigo. Celui-ci, à quelques enjambées, se retrouve devant Claudio Bravo mais manque de peu le cadre (16'). Pendant ce temps, le FC Barcelone continue de pousser et se procure deux nouvelles opportunités. Tout d'abord par l’intermédiaire de Rakitić sur un corner que Màscherano prolonge vers Luis Suárez qui manque de nouveau le cadre. Puis, sur une contre-attaque menée par Neymar et conclue par Messi dont la tentative est de nouveau repoussée par Diego Alves (25'). Vint alors le premier coup de grâce. André Gomes sert Siqueira qui s’échappe sur son couloir avant d’envoyer un centre tendu que Rakitić dans une tentative désespérée dévie malencontreusement dans ses propres filets devant un Claudio Bravo resté pantois 0-1 (26 ').

 

Refroidis !

 

Ce but encaissé va faire perdre au Barca son dynamisme et sa fraîcheur même si les Blaugranas tentent toujours l’impossible pour trouver la faille. Encore une fois, Leo Messi s’essaye mais la tête du quintuple ballon d’or est beaucoup trop faible pour espérer inquiéter Diego Alves (40 '). Le Camp Nou n’était pourtant pas au bout de ses surprises. Juste avant la pause, la catastrophe se produit avec le but du 0-2. Valence profite au maximum de la vulnérabilité de l’arrière garde de ses hôtes. La surface de réparation est prise d‘assaut et Parejo envoie Santi Mina qui crucifie une seconde fois le Barça devant un public pétrifié 0-2 (45’+1’). Le Barça a eu cinq occasions franches de marquer et a retrouvé une partie de son identité et de son football, mais sa vulnérabilité défensive a donné vie à une formation de Valence qui il ya quelques mois seulement avait mordu la poussière au Camp Nou (7-0) en Copa del Rey.

 

 

A la limite !

 

Le Barça retrouve du jus après la pause. Limité par un banc sans solutions. Les Culès attendent que cette dernière vienne de sa MSN. Le match prend alors des allures d’attaque-défense ! Les Azulgranas passent les quinze premières minutes de la seconde mi-temps à tenter de réduire le score mais sans d'idées, la mission devenait impossible. Valence a pour sa part appliqué son plan. Comme lors du premier acte, les visiteurs exploitent les doutes du Barça. Ayestarán sort l’excellent Santi Mina et lance Paco Alcacer au moment où Luis Enrique garde le même XI. Il ne pouvait en être un autrement. C’est Leo Messi qui sonne la révolte chez Barcelone au moment le plus sombre du match voir de cette saison. L'Argentin profite d'une connexion avec Jordi Alba pour réduire la marque 1-2 (63 ') et inscrire son 500ème but en tant que professionnel. Cette réduction du score a redonné un semblant de confiance aux Catalans qui vont redoubler d'efforts pour revenir au score comme l’atteste ce tir de Rakitić stoppé une fois encore par l’excellent Diego Alves (75 ').

 

Les dernières minutes se résumeront à un Barcelone qui attaque sans réfléchir en marchant parfois sur le fil du rasoir. Paco Alcacer passe d’un rien de mettre fin aux illusions des Catalans (87 '), mais ni Messi, Neymar, Luis Suárez ou encore Piqué ne trouveront la faille... Les occasions se succèdent mais l’égalisation ne viendra jamais.

 

Service minimum !

 

Il reste encore cinq matches de championnat et deux d'entre eux se dérouleront dans les six prochains jours. Le Barça a brulé tous ses jokers et se doit désormais de l’emporter face au Deportivo et le Sporting pour ensuite pourquoi pas, profiter d’éventuelles fatigues de l’Atlético et du Real Madrid qui devront la semaine à venir prendre part aux demi-finales de la Ligue des Champions. Un espoir illusoire étant donné les problèmes de l'équipe en ce moment. Luis Enrique ne peut plus faire d'autres calculs. Son équipe doit au plus vite retrouver son souffle, la baraka et surtout et c’est le plus important son sens du but.

 

 

Cette Liga qui s’échappe et la chance avec !

 

Il y a quatre semaines, avant le match à Villarreal, le FC Barcelone avait la Liga presque dans la poche. Il semblait impossible que le titre lui échappe compte tenu de l'avance sur l'Atlético et le Real Madrid mais surtout à la faveur du football spectaculaire pratiqué et de l’incroyable série d’invincibilité: 38 matchs sans perdre. Le nul à Villarreal (2-2) en faisait parte. Bien que quelque chose se soit «cassée» dans cette partie qui a déclenché une crise sans précédent qui ne semble plus vouloir quitter le Barça éliminé de Ligue des Champions et aujourd’hui à la merci de ses rivaux en championnat. Le club Culè a laissé filer 11 des 12 derniers points mis en jeu. Après le nul contre le sous-marin jaune, les hommes de Luis Enrique ont mordu la poussière trois fois et ce consécutivement : face au Real Madrid (1-2), la Real Sociedad (1-0) et Valence (1-2) ce dimanche au Camp Nou. Le désastre est total. Si les Blaugranas ont retrouvé face aux Chés une partie de leur football, la malédiction ne semble toutefois ne plus vouloir les quitter. Le Barça se devait de l’emporter contre Valence. Pour récupérer des sensations perdues. Mais surtout, pour empêcher l'Atlético et le Real Madrid de lui souffler au cou après leurs victoires respectives contre Grenade (3-0) et Getafe (1-5). Les matelassiers sont désormais à égalité de points avec les Blaugranas. Les Blancos, qui, il y a trois semaines étaient morts et enterrés, suivent à une unité.

 

L'équipe de Luis Enrique a bien commencé le match. Très bien même. Avec un football plus qu’acceptable. Une multitude d'occasions créées qui sans un immense Diego Alves auraient permis aux Catalans de retrouver rapidement confiance. Le début de partie était de bon augure. Pas autant que le match de Coupe, qui s’était achevé sur un score sans appel de 7-0 mais on pouvait légitimement penser que le club Blaugrana n’aurait pas connu de problème pour obtenir les trois points et reprendre son second souffle en Liga. Jusqu'à ce que la malchance replonge dans le doute cette équipe physiquement et moralement touchée. Le but contre son camp de Rakitić, en collaboration avec Claudio Bravo, a été un coup extrêmement dur à encaisser. Pour les joueurs. Pour l’entraîneur et surtout pour les fans. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, dans le temps additionnel, Santi Mina marquait la réalisation du 0-2. Incroyable mais vrai. Bien que jouant son meilleur match dans le dernier mois, le club Culè était mené au Camp Nou. Il fallait donc réaliser un retour héroïque. La Liga était en jeu en 45 minutes. Une défaite risquait certainement d’assommer les Blaugranas. Et, à l'inverse, un retour pouvait leur insuffler cet esprit dont a tant besoin l’équipe pour aller chercher le championnat et le doublé. Messi a marqué après un jeûne de cinq matches, le 1-2, son 500ème but en tant que professionnel (450 avec le Barça et 50 avec l'Argentine). Mais cette réalisation sera insuffisante tout comme un match nul soyons honnêtes. Il fallait chercher la victoire. Oui oui. Mais celle-ci n’arrivera jamais et cette Liga risque de s’envoler… à cinq journées de la fin !

 

Le Tweet du jour:

 

 

Statistique clé :

 

500 – Le nombre de buts en carrière de Messi. Avec l'Argentine (50) et Barcelone (450).

 

L’homme du match :

 

Diego Alves - Excellente couverture défensive de Valence, mais l'attaque de Barcelone s’est toutefois créée un nombre incalculable d’occasions. Le gardien Brésilien, cependant, se dresse comme un mur et ne laisse rien passé, hormis le but de Messi (17 réalisations dans sa carrière face à Diego Alves). Ses prouesses dans ses cages offrent aux Chès une victoire inattendue au Camp Nou. Et dire que les dirigeants de Valence avaient dans la semaine confirmé qu’Alves ne serait plus le gardien de Blanquinegres la saison prochaine ...

 

 

Le pire :

 

Neymar Júnior - il se retrouve en bonne position à plusieurs reprises mais il manque à chaque fois le cadre. Il rate des gestes simples et offre peu de solutions à l'équipe. Le symbole de cette crise Catalane…

 

La déclaration :

 

Gerard Piqué : "Nous ne devons être nullement inquiets. L'équipe a tout donné. Nous partons la tête la haute. Nous avons tout donné. Si nous jouons comme ça, nous gagnerons la Liga. Jetez un coup d'œil en arrière et regardez comment ça s'est passé, et ce sera une grande analyse. L'équipe recommençait à bien jouer. Nous n'avons pas eu de marge d'erreur, c'est fatiguant. Je préfère perdre et jouer comme ça que gagner et mal jouer. Nous sommes bien dans tous les domaines. Les sensations aujourd'hui étaient différentes. Dans des conditions normales, le résultat eut été 3-1 ou 4-1. Nous dépendons de nous et on va aller vers l'avant. Nous ferons tout ce qu'il faut pour gagner. Nous devons tous penser à cette victoire. Je pense que nous avons fait un pas en arrière, mais mentalement nous allons aider l'équipe à bien jouer. Le ballon ne voulait pas rentrer (ce soir, ndlr)".

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Photos: gettyimages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article