Artn'sport

Artn'sport

Artn'sport est un site d'actualité footballistique avec des analyses, des interviews et des reportages sur le sport professionnel comme amateur. Créé en octobre 2010, ce site est géré par de jeunes plumes qui pour la plupart, veulent devenir journaliste. Artn'sport, le sport pour vous chaque jour !

Serie A Tim (J32) : Royale Juventus, désolante Fiorentina et une course à trois pour la survie !

Serie A Tim (J32) : Royale Juventus, désolante Fiorentina et une course à trois pour la survie !

La Juventus continue de tracer sa route vers un nouveau sacre. Naples tente de résister au moment ou la Roma perd des plumes et laisse l’Inter y croire de nouveau. La fin de saison pour la course à l’Europe ainsi que celle du maintien s’annonce passionnante. DECRYPTAGE !

 

En recevant la lanterne rouge du campionato. Le Napoli espérait profiter du périlleux déplacement de la Juventus sur la pelouse de l’AC Milan pour recoller quelque peu aux Bianconeri. Malheureusement, les camarades de Faouzi Ghoulam en dépit de leur victoire logique sur l’Hellas n’ont rien repris à la Juventus qui a mis un véritable coup au moral, un de plus aux Azzurri en allant disposer avec autorité des hommes de Siniša Mihajlović. A six journées de la fin, la vecchia signora est plus que jamais proche d’un cinquième Scudetto consécutif. Si cette victoire rapproche plus que jamais le dernier finaliste malheureux de la Ligue des champions d’un nouveau titre de champion, elle aura couté extrêmement cher au coach des Lombards. En effet, Siniša Mihajlović a été démis de ses fonctions d'entraîneur de l'AC Milan et paye ainsi la mauvaise saison de son équipe. Actuellement sixième de Serie A, les Rossoneri n'ont presque plus aucune chance d'accrocher une place européenne pour la saison prochaine à six journées de la fin du championnat. Sur son site internet, l’équipe septuple championne d‘Europe a tout de même tenu à remercier le Serbe pour son "dévouement et le travail acharné réalisé durant la saison." Il sera remplacé jusqu'à la fin de la saison par Cristian Brocchi, un ancien joueur du club. Un choix assez incompréhensible cependant puisqu’on se demande à quoi servira ce changement à la barre technique à six journée du terme de l’exercice.

 

Derrière le duo de tête, la Roma invaincue depuis onze matches coince un peu depuis trois semaines. Tenue en échec à domicile par l’Inter le 19 mars dernier (1-1), elle l’a encore été ce lundi à l’Olimpico par Bologne (1-1). Troisième, sa place sur le podium est désormais menacée par les Nerazzurri, qui sont à six longueurs. Dans le bas du classement, rien à signaler puisque les quatre derniers (Carpi, Palerme, Frosinone et l’Hellas) se sont tous inclinés.

 

 

Les hommes de Roberto Mancini se replacent dans la course à la C1 !

 

L'Inter Milan a pris la quatrième place du Championnat d'Italie en allant difficilement s'imposer (0-1) en ouverture de cette 32e journée samedi en début d’après-midi (15H00) sur le terrain du relégable Frosinone. Avec ce succès, l'Inter prend deux points d'avance sur la Fiorentina (5e). Et les Milanais reviennent à six longueurs de la troisième place, qualificative pour les barrages de la Ligue des champions et actuellement occupée par l'AS Rome. Le but milanais a été inscrit à la 74e minute par Mauro Icardi. L'attaquant Argentin a marqué son quatorzième but de la saison et en est à 50 réalisations en 100 matches de Serie A pour l'Inter. Les Nerazzurri n'ont pourtant franchement pas brillé, notamment lors d'une première période terminée sans la moindre frappe cadrée. Frosinone (19e) de son côté n'est pas passé loin d'un résultat positif. Ces points auraient été très utiles dans l'optique du maintien, qui reste une possibilité pour le promu. Les joueurs de Roberto Stellone ont en effet trouvé deux fois les montants, d'abord sur une tête de Paganini à la 64e minute puis, juste avant le but d'Icardi, sur un coup franc de Pavlović (72’). A signaler que les Ciociari ont terminé à dix suite à l’exclusion de Blanchard (80’) en fin de match.

 

Sassuolo rate le coche !

 

En s'imposant (0-1) sur la pelouse de Sassuolo (18H00), le Genoa réalise une belle performance. Grâce à un but de Džemaili, les Rossoblù enchaînent après leur succès (4-0) contre Frosinone lors de la dernière journée. Les Génois sont dixièmes alors que Sassuolo, septième manque l'occasion de dépasser le Milan AC pour croire un peu plus à l’Europe. Un succès toutefois entaché par la très grave blessure du portier Rossoblù victime d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit et va devoir se faire opérer. Mattia Perin, ne sera donc pas en mesure de disputer l'Euro 2016 sous le maillot de l'Italie. Dans un communiqué publié sur son site officiel, le club a en effet assuré que le joueur souffrait d'une "rupture du ligament croisé antérieur du genou droit" et allait donc se faire opérer à Rome par le docteur Pier Paolo Mariani dès demain [mercredi. Ndlr]. Ainsi, il va rater de nombreux mois de compétition et notamment l'Euro 2016 sous le maillot de sa sélection nationale. En son absence, Antonio Conte pourrait opter pour Gianluigi Donnarumma, le jeune gardien de l'AC Milan, afin de le remplacer. A la même heure, le Chievo Vérone s'est imposé à domicile sur la plus petite des marges contre Carpi grâce à un but tardif de Pelissier (83’), le club de Vérone reste dans le haut de tableau alors que Carpi est en position de relégable.

 

 

La Juventus continue d‘écœurer la concurrence !

 

La Juventus Turin s'est rapprochée un peu plus du Scudetto en allant l’emporter à San Siro face au Milan AC (1-2) ce samedi soir (20H45). Les Turinois, avec un Stephan Lichtsteiner très actif sur le plan offensif jusqu'à son remplacement à la 81e, ont su attendre leur heure. Ce sont en effet les Rossoneri qui ont ouvert le score par Alex (18’). Sans s’afoler, les hommes de Massimiliano Allegri vont progressivement reprendre le jeu à leur pour se voir enfin récompensés. Mario Mandžukić permet dans un premier temps à la Vieille Dame d'égaliser (27’) avant que Paul Pogba ne donne la victoire aux Turinois après la pause (65’). Gigi Buffon n'a pas attendu ce samedi pour s'affirmer dans le groupe fermé des meilleurs gardiens de la planète. Mais quel match encore du capitaine de la Nazionale ! D'abord sauvé par son poteau sur un centre-tir d'Abate (8’), le dernier rempart turinois a ensuite sorti le grand jeu. Un exploit en deux temps sur Balotelli puis Antonelli (14’), une parade sur Honda (34’), et un double miracle sur une frappe en pivot de Bacca, suivi par un tir à bout portant de Balotelli qu'il a détourné sur sa transversale (52’). De dépit, le fantasque attaquant milanais smashera à la manière d'un handballeur le cuir au fond des filets. Un "craquage" logiquement accompagné d'un carton jaune.

 

Milan a tenu une heure à un rythme digne de la Ligue des Champions avant de s’écrouler. Dans le rôle du matador : Paul Pogba. Déçu d'avoir touché le poteau sur un joli coup franc brossé (60’) a pris sa revanche cinq minutes plus tard sur corner. Une reprise piquée d'attaquant (après une poussette sur Abate) qui n'a laissé aucune chance au très jeune Gianluigi Donnarumma (17 ans). Les Rossoneri ne s'en remettront jamais. Avec neuf unités de retard sur son voisin Interiste, Milan peut oublier de jouer la "coupe aux grandes oreilles" la saison prochaine et devra tout miser sur la finale de la Coupe d'Italie le 21 mai prochain…contre cette même Juventus. La Vieille Dame a quant à elle frappé un grand coup en Serie A. Avec toujours une avance de six points sur son dauphin, elle se dirige plus que jamais vers un cinquième Scudetto d'affilée.

 

 

La Viola n’y est plus vraiment !

 

Battue 2-0 par Empoli dimanche à l’heure du déjeuner Dominicale (12H30). La Fiorentina, est désormais cinquième et confirme sa mauvaise passe actuelle mais laisse surtout filer l'AS Rome et l'Inter Milan. Avec ce sixième match consécutif sans victoire (quatre nuls et deux défaites), les poulains de Paulo Sousa se retrouvent cinquièmes et désormais distancés de huit points par l'AS Rome dans la course à la troisième place qualificative pour les barrages de la Ligue des champions. La Viola laisse même l'Inter Milan, qui a battu Frosinone 1-0 samedi, s'installer à la quatrième place, qui envoie en phase de groupes de l'Europa League. Les Milanais ont deux points d'avance. Alors qu'elle avait réussi un magnifique début de saison, occupant même pendant plusieurs semaines la place de leader, la Fiorentina est en train de lâcher prise. Dimanche dans ce derby toscan (Empoli est à une vingtaine de kilomètres à peine de Florence), la "Viola" a été dominée et a semblé sans solution. En fin de première période (41’), c'est Pucciarelli qui a donné un premier avantage à Empoli, désormais douzième. Et en fin de match (88’), Zieliński a doublé la mise.

 

Dans les rencontres de l’après-midi (15H00), le Torino, bourreau de l’Inter le week-end passé, a récidivé sur le même score ce dimanche contre l’Atalanta qui était venue à bout du Milan lors de la précédente journée. l’Atalanta débute pourtant magnifiquement ce match et tente déjà à plusieurs reprises de prendre l’avantage, mais ce sont les Granata qui font mouche en premier avec Bruno Peres (35’). Maxi López (46’) l’imite juste après la reprise, malgré le peu de tentatives de l’équipe. Les Nerazzurri ne lâchent rien pour autant nonobstant l’exclusion de leur milieu de terrain Marten de Roon dans le temps additionnel (90’ +1’). Le but de Cigarini en fin de match (82’) ne change rien au résultat final. Deuxième succès de rang à l’extérieur donc pour le Torino qui assure définitivement son maintien.

 

 

Le Napoli s’accroche !

 

Vainqueur de la lanterne rouge, l'Hellas Vérone ce dimanche (3-0), Naples est revenu à six longueurs de la Juventus, victorieuse du Milan AC (1-2) samedi. Sans Higuaìn, suspendu, les Partenopei ont décroché une belle victoire pour continuer à nourrir quelques espoirs de titre. Les hommes de Maurizio Sarri suivent la cadence. Naples a fait ce qu'il avait à faire dimanche en battant 3-0 le Hellas Vérone, lanterne rouge du championnat d'Italie, mais à six matches de la fin, la Juventus Turin reste confortablement en tête avec six points d'avance sur son dauphin. Il n'y avait pas vraiment de doute quant à la supériorité de Naples sur une équipe qui a déjà un pied en Serie B, mais la question était de savoir comment l'équipe de Maurizio Sarri allait gérer l'absence de Gonzalo Higuaìn. Suspendu quatre matches après son expulsion et sa grosse colère de la semaine dernière contre l'Udinese, l'Argentin était en tribune au stade San Paolo et son nom a été scandé par les tifosi. Aligné à sa place, l'Italien Gabbiadini avait la lourde tâche de faire oublier un homme qui pèse 30 buts en 31 matches. Il a pu croire que son après-midi allait être compliqué quand il a touché le poteau (16’) puis buté sur le gardien de Vérone Gollini (21’), auteur d'un miracle sur le coup mais il n'a pas renoncé et c'est lui qui a ouvert la marque, en reprenant de la tête un ballon repoussé par Gollini après une frappe de Callejón (32’). Le match basculait définitivement juste avant la mi-temps, quand le défenseur français de Vérone Souprayen provoquait un penalty et était expulsé (45’). Insigne transformait (2-0, 45’+2’). Infiniment supérieur, le Napoli a ensuite très tranquillement contrôlé la partie, ajoutant simplement un troisième but par Callejón à la 70e minute.

 

Enfin, la Sampdoria a enfin renoué avec la victoire dans son antre du Luigi Ferraris et assure quasiment son maintien au moment ou l’Udinese, son adversaire du jour est loin d’être sorti d’affaire. Montella a pour cette rencontre opté pour le 3-5-2 en comptant sur le duo Muriel-Quagliarella pour secouer les filets adverses. Le jeu est assez équilibré et bien verrouillé, bien qu'il existe des possibilités: Heurtaux à (3’) ou encore Zapata (30') n’étaient pas loins de débloquer le marquoir en anticipant leur défenseur de la tête. C’est pourtant la Sampdoria qui se procure la meilleure chance grâce à un Quagliarella très inspiré: l'attaquant napolitain inquiète d’un retourné acrobatique Karnezis (23’) avant de récidiver (29') sur une superbe reprise des volée des 25 mètres qui frôle la transversale puis manque de peu le cadre (33'), sur une passe de Krstičić. Muriel a la meilleure occasion de la première moitié (42'), lorsque sa tête puissante après un centre de Soriano sort de peu à côté. Soriano et Quagliarella remportent leurs duels respectifs et permettent aux Blucerchiati de dominer un peu plus les débats depuis le retour des vestiaires. De Silvestri manque une belle opportunité (56’), sur une offrande de Quagliarella, mais l’Udinese est sur les cordes. Et comme on pouvait l’imaginer aisément, les joueurs du Frioul vont finir par céder. L’ancien de la maison Muriel conclut du droit et trouve la déviation absolument décisive de Pablo Armero (58’ Csc). La réaction des visiteurs est inexistante et Fernando en fin de partie (85’) scelle logiquement le sort de cette partie. Passe filtrée de Cassano, feinte de Quagliarella et conclusion imparable du Brésilien.

 

 

Première réussie pour Simone Inzaghi !

 

Appelé en pompier cette semaine sur le banc de la Lazio, Simone Inzaghi a eu du nez en redonnant du temps de jeu à Miroslav Klose : la légende Allemande a signé un doublé chez le relégable Palerme, dimanche (0-3). Dimanche soir (20H45) pour sa première titularisation depuis un mois, Miroslav Klose, 37 ans en juin prochain, a montré toute l'étendue de son talent dès lors que le ballon navigue dans la surface. A Palerme, il n'a fallu que quatorze minutes à l'ancien international Allemand pour inscrire un doublé. Le meilleur buteur historique de la Mannschaft (71 buts en 137 sélections) a ouvert le score après un corner en coupant un ballon flottant au milieu de la surface, son 50e but en Serie A en 135 matches (10e). Il a ensuite smaché de la tête une violente frappe sans angle de Keita détournée au deuxième poteau par le gardien palermitain, faisant admirer sa détente et son timing légendaires dans le domaine aérien (14’).

 

La première de Simone Inzaghi, nommé en remplacement de Stefano Pioli après la déroute dans le derby contre la Roma, le week-end dernier (1-4), a été interrompue à deux reprises pendant quelques minutes, une fois lors de chaque période, alors que des supporters faisaient éclater des bombes agricoles dans les tribunes du Stadio Renzo Barbera. Un engin lancé sur la pelouse, à proximité de la ligne de sortie de but, a explosé très près de deux joueurs, laissant un petit cratère dans le gazon... Avec ce succès, le premier à l'extérieur depuis le 9 janvier, confirmé par un nouveau but de Felipe Anderson, sur une passe de la tête de... Miroslav Klose (73’), les Biancocelesti gagnent une place (8e) tandis que Palerme, qui ne s'est procuré qu'une demi-occasion, reste plus que jamais relégable après sa onzième sortie sans victoire (18e). Il faudrait toutefois un miracle à la Lazio pour terminer dans la zone Europe. Troisièmes la saison dernière, les Romains, éliminés en barrage de la Ligue des champions par le Bayer Leverkusen (1-0, 0-3), sont tombés le mois dernier en huitièmes de finale de la Ligue Europa face au Sparta Prague (1-1, 0-3).

 

 

La Roma piétine !

 

L'AS Rome n'a pas réussi à disposer de Bologne au stadio Olimpico lunedi soir (20H45) en cloture de cette 32èmee levée du campionato. Les hommes de Roberto onadoni ont même ouvert le score contre le cours du jeu. Au classement, la Roma reste troisième à égale distance du second (Naples, 6 points devant) que du quatrième, l'Inter Milan. La lutte pour la qualification en Ligue des champions continue. Les Giallorossi se sont procurés quelques occasions en première période mais ils n’ont pas réussi à concrétiser, comme sur ce tir sur le poteau de Pjanic ou sur ce but refusé pour hors-jeu signé Stephan El Shaarawy. Et c’est finalement Bologne qui ouvrait la marque grâce à une tête de Luca Rossettini sur un coup-franc tiré de la gauche (0-1, 26’). La seconde période reprenait comme la première avec une domination des joueurs de la Louve, mais le poteau empêchait de nouveau la Roma de scorer (Mohamed Salah, 47e). L’attaquant international égyptien parvenait à égaliser trois minutes plus tard en trompant de près le gardien bolognais (1-1). Son douzième but de la saison. La Louve continuait de pousser pour prendre l’avantage. A la 64e, Totti, entré à la pause, plaçait une frappe lourde que le goal de Bologne déviait en corner d’une belle claquette. La Roma devra sûrement batailler jusqu'à l'ultime journée pour rester sur le podium.

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Photos: Gettyimages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article